samedi 15 octobre 2016

Arrivée imminente de Schiaparelli sur Mars


Mercredi prochain, la sonde européenne ExoMars Trace Gas Orbiter et son atterrisseur Schiaparelli vont arriver en orbite martienne, pour un amarsissage dans la foulée. 




ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) est une mission pluriannuelle qui a pour objectif d'étudier la fine atmosphère de Mars, et notamment le méthane, même à très faible concentration, qui peut être le signe d'une activité biologique ou géologique. La sonde de plus de 3 tonnes lancée le 14 mars, emporte un atterrisseur, Schiaparelli, qui entrera dans l'atmosphère martienne dès l'arrivé de TGO le 19 octobre pour se poser sur la planète rouge pour une très courte mission. L'objectif premier de Schiaparelli est de tester une technologie d'atterrissage sur Mars pour préparer le futur rover européen ExoMars qui y sera envoyé en 2020. 
TGO est maintenant arrivée suffisamment proche de la planète rouge, après un voyage de 495 millions de kilomètres, pour procéder aux premières manœuvres. Dès demain aura lieu la séparation de Schiaparelli, à 16h42 heure française. 
Pour que TGO puisse rester inséré en orbite autour de Mars le 19 octobre, un dernier ajustement crucial de trajectoire devra être effectué le 17 octobre, avant bien sûr la mise à feu de son moteur de freinage le 19 octobre à 15h05, durant 139 minutes très précisément.
Les opérations de descente de Schiaparelli sont entièrement automatiques, avec des commandes préprogrammées, ce qui permet une totale indépendance vis à vis d'une éventuelle perte de contact radio avec les différents orbiteurs de Mars qui lui serviront de relais.

Le moment le plus crucial est bien sûr l'atterrissage lui-même (l'amarsissage). Il aura lieu à 16h48 (heure française) le 19 octobre. 
Après son freinage atmosphérique en partant d'une vitesse de plus de 20000 km/h, la première phase consiste en la séparation des coques de protection thermique, suivie de la mise en route des capteurs de descente, le déploiement du parachute de freinage puis enfin la mise à feu des 9 rétrofusées pour contrôler sa vitesse d'arrivée.
Schiaparelli est muni d'un radar altimétrique qui mesurera son altitude à partir de 7000 mètres de la surface. Arrivé à 2 m de la surface, les rétrofusées seront coupées pour laisser littéralement tomber le module de 577 kg sur le régolite rouge de Meridiani Planum.
Si l'amarsisssage de Schiaparelli s'est déroulé nominalement, sa mission devrait durer quelques jours seulement, ses batteries étant de faible autonomie. L'atterrisseur ne communiquera pas uniquement avec sa sonde TGO, mais aussi avec d'autres sondes aujourd'hui en orbite de Mars, américaines et européennes, qui retransmettront ses données vers la Terre (MRO, Mars Odyssey, Maven, et Mars Express).

La vidéo de l'ESA ci-dessous, très bien faite, permet de visualiser exactement ce qui va se passer pour le module Schiaparelli à partir de son entrée atmosphérique.

Le calendrier en détail est le suivant (heure française, GMT+2): 
  • 16 Octobre: Séparation de Schiaparelli de TGO : 16h42
  • 17 Octobre: manœuvre d'ajustement de TGO : 04h42
  • 19 Octobre: 
    • insertion en orbite de TGO et entrée atmosphérique de Schiaparelli : 16h42 
    • amarsissage de Schiaparelli : 16h48
  • 20 Octobre: premières images de la descente de Schiaparelli 
Les différents événements seront retransmis par l'Agence Spatiale Européenne dans un livestream, ou directement ici. Vous pouvez également suivre les informations correspondantes sur twitter avec le mot-clé #ExoMars ou les comptes @esaoperations@ESA_ExoMars et @ESA_TGO

Les instruments de Schiaparelli mesureront de nombreux paramètres météorologiques ainsi que pour la première fois le champ électrique à la surface de Mars, qui serait produit par les grains de poussières en suspension dans l'atmosphère. Les mesures de ce champ électrique, encore hypothétique, seront effectuées grâce à l'instrument MicroAres (Atmospheric Radiation and Electricity Sensor
L'existence de tels champs électriques de surface, connus dans les déserts terrestres, peuvent avoir des conséquences importantes à la surface de Mars, par exemple en influant fortement sur la chimie de son atmosphère, notamment sur l'évolution du méthane.