jeudi 14 octobre 2021

1652 sursauts observés sur FRB 20121102, et de la nouveauté apparaît


Depuis le début de Ça Se Passe Là Haut il y a 10 ans, je vous fais vivre en continu les avancées de la recherche de l'origine des Fast Radio Bursts (FRB), ces sursauts radio rapides si étonnants. Une nouvelle étude parue cette semaine dans Nature explore les émissions répétées de FRB 20121102 qui fut le premier FRB a avoir été localisé, c'était en 2017. Les chercheurs ont observé plus de 1500 sursauts en très peu de temps avec le radiotélescope chinois géant FAST, de quoi faire des analyses statistiques et trouver un nouveau comportement curieux.

mardi 12 octobre 2021

TOI 3362b : une Jupiter chaude en cours de migration


Un grand nombre de planètes géantes ont été détectées sur des orbites très proches de leur étoile, montrant une période orbitale très courte, ce qui peut paraître étonnant pour des planètes massives qui sont sensées se former assez loin des étoiles. Aujourd'hui, une équipe d'astrophysiciens rapporte l'observation d'une planètes géante ayant une orbite très excentrique, qui serait donc en cours de migration. L'étude est publiée dans The Astrophysical Journal Letters.

dimanche 10 octobre 2021

Eta Carinae : observation d'une variabilité incomprise du flux gamma entre périastres successifs


On ne présente plus Eta Carinae, ce couple d'étoiles très massives en interaction étroite qui est plongée dans l'épaisse nébuleuse de l'Homoncule. En 2008, on a détecté des rayons X non thermiques en provenant et l'année suivante en 2009, ce furent des rayons gamma énergétiques, coïncidant avec le passage au plus proche des deux étoiles. Une nouvelle étude s'est penchée dans les données d'archives du télescope gamma Fermi-LAT des 12 dernières années et analyse l'évolution de l'émission gamma couvrant deux périodes de rotation du couple et trois passages au périastre, là où le rayonnement gamma est le plus intense. L'étude est publiée dans Astronomy&Astrophysics.

jeudi 7 octobre 2021

JUNA : le nouvel outil puissant de l'astrophysique nucléaire


Après LUNA dans le laboratoire du Gran Sasso, voici le second accélérateur de particules installé dans un laboratoire très profond, à 2400 m sous terre dans le laboratoire chinois de Jinping. Il s'appelle JUNA (Jinping Underground Nuclear Astrophysics) et permet d'étudier des réactions nucléaires astrophysiques qui nécessitent un très bas bruit de fond. Les chercheurs chinois publient aujourd'hui dans Physical Review Letters leurs toutes premières mesures, qui sont consacrées à une réaction clé du fluor dans les étoiles.

mardi 5 octobre 2021

Toujours aucune trace d'ondes gravitationnelles primordiales dans le CMB


Une recherche actualisée des ondes gravitationnelles primordiales, qui auraient été produites lors de la phase inflationnaire de l'Univers, ne trouve toujours pas de signal. Cette nouvelle contrainte observationnelle implique que certains modèles d'inflation de l'Univers primordial deviennent moins viables. L'étude est parue dans Physical Review Letters.

dimanche 3 octobre 2021

Un nouveau FRB répétitif localisé, le septième...

Parmi les 791 sursauts radio rapides (FRB) qui ont été détectés à ce jour, il existe 24 sources connues qui en produisent de manière répétitive, dont 2 avec une certaine période. Et tous ces sursauts ont aussi permis de localiser 19 sources avec précision dans des galaxies. Mais seules 6 de ces FRB localisés sont du type répétitif. Aujourd'hui, les radioastronomes de la collaboration CHIME/FRB annoncent la localisation d'un septième FRB répétitif dans une galaxie relativement proche, située à "seulement" 65 millions d'années-lumière. Ils publient leur étude dans The Astrophysical Journal Letters.

vendredi 1 octobre 2021

Les graines de trous noirs supermassifs ne peuvent pas migrer pour former... des trous noirs supermassifs


Les scénarios possibles de formation des trous noirs supermassifs dans l'univers primitif comprennent une croissance rapide à partir de trous noirs "graines" moins massifs par accrétion ou par fusions rapides, mais ces deux scénarios exigent que les trous noirs graines migrent efficacement vers le centre galactique et y soient piégés par friction dynamique. Une étude par simulation s'est penchée sur ce processus et montre que ça ne marche pas très bien... Les astrophysiciens publient leurs résultats dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

lundi 27 septembre 2021

Les axions détectables sous forme de miniclusters traversés par des étoiles à neutrons


Bonne nouvelle! Il existe une nouvelle voie de détection des axions, les autres particules candidates sérieuses pour expliquer la matière noire. Elle fait intervenir des étoiles à neutrons et leur puissant champ magnétique et l'hypothèse de la présence de miniclusters d'axions, des groupes de particules qui sont restées liées entre elles par la gravitation depuis le début de l'Univers. L'étude des physiciens européens qui décrit l'effet détectable associé à la rencontre d'étoiles à neutrons avec ces miniclusters est publiée dans Physical Review Letters.    

samedi 25 septembre 2021

Les naines blanches deviennent magnétiques en vieillissant


Au moins une naine blanche sur quatre terminera sa vie comme une étoile magnétisée... Une étude récente publiée dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society portant sur un échantillon de naines blanches proches montre de nouvelles preuves de la corrélation qui existe entre la fréquence du magnétisme dans les naines blanches et leur âge.

mercredi 22 septembre 2021

Des galaxies précoces ne forment plus d'étoiles par manque de gaz froid


Les premières galaxies massives, celles qui se sont formées au cours des trois premiers milliards d'années après le Big Bang, devraient contenir de grandes quantités d'hydrogène froid, le combustible nécessaire à la formation des étoiles. Mais une équipe d'astrophysiciens vient d'observer une petite étrangeté avec ALMA : six galaxies massives précoces qui n'ont plus du tout de carburant pour former des étoiles. Ils publient leurs observations aujourd'hui dans Nature

lundi 20 septembre 2021

L'origine du fond diffus gamma dévoilée


Il n'y a pas que le fond diffus cosmologique, le fond diffus de neutrinos ou le fond diffus de lumière extragalactique, il existe aussi un autre fond diffus qui baigne tout le ciel, un fond de rayons gamma. Depuis les années 1960, les astrophysiciens cherchent à savoir quelle est la source de ce rayonnement gamma. Deux origines sont en compétition : noyaux actifs de galaxies et galaxies à forte formation stellaire. Une étude parue dans Nature la semaine dernière vient de montrer quelle est la bonne source.

samedi 18 septembre 2021

Le résidu de la supernova de 1181 enfin trouvé


Depuis 10 siècles, seulement 5 supernovas de notre galaxie ont été observées par les astronomes (chinois ou européens). Pour 4 d'entre elles, nous connaissons l'objet résiduel de l'explosion, une petite nébuleuse en expansion rapide. Aujourd'hui, une équipe internationale d'astrophysiciens avec l'aide d'un astronome amateur français, vient d'identifier formellement le résidu de la cinquième, la supernova SN 1181, qui avait été observée en Chine il y a 840 ans, et dont on peut désormais connaître le type, qui se révèle un peu différent des autres... L'étude est publiée dans The Astrophysical Journal Letters.

jeudi 16 septembre 2021

Extension à forte masse de la relation problématique de Tully-Fisher dans les galaxies


La relation de Tully-Fisher qui a été définie en 1977 est un mystère dans le monde des galaxies dans le cadre du modèle standard ΛCDM. En effet, cette relation bien définie par l'observation montre une relation claire entre la masse baryonique d'une galaxie (étoiles+gaz) et sa vitesse de rotation maximale. Or dans le modèle standard incluant une grosse quantité de matière noire, cette vitesse de rotation doit dépendre un peu de la masse baryonique, mais surtout beaucoup de la masse de matière noire. La relation de Tully-Fisher laisse donc penser qu'il existe une corrélation forte entre matière baryonique et matière noire, ce que le modèle ΛCDM exclut... Une nouvelle étude vient d'être publiée dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, qui étend un peu plus la plage de validité de la relation de Tully-Fisher.

mercredi 15 septembre 2021

Le modèle cosmologique de Dirac-Milne passe un nouveau cap


[COSMOLOGIE] Le modèle cosmologique ΛCDM a toujours de la concurrence, et heureusement... Les plus fidèles d'entre vous se souviendront peut-être d'un billet que je vous avais proposé en février 2012 et que j'avais intitulé : "Symétrie Matière/Anti-Matière et masse négative, une clé pour l'élégance ?" : il s'agissait d'un article des physiciens français Aurélien Benoit-Lévy et Gabriel Chardin qui présentait un nouveau modèle d'Univers hyper élégant, où coexistent matière et antimatière à quantité égale et dans lequel les particules d'antimatière antigravitent et se repoussent également entre elles, créant des effets étonnants à même d'expliquer des choses incomprises comme l'énergie noire (entre autre). Ce modèle dit de Dirac-Milne a continué à être développé par Chardin et d'autres collaborateurs avec plusieurs articles parus en 2018 et 2020, et cet été, ils ont publié dans Astronomy&Astrophysics une nouvelle étude assez bluffante, dans laquelle Chardin et ses collaborateurs démontrent que leur modèle d'Univers produit naturellement des courbes de rotation galactiques plates, ce qui avait mené initialement au concept de matière noire... Et ils retrouvent un comportement de type MOND dans les galaxies.

lundi 13 septembre 2021

La supernova qui doit réapparaître dans 16 ans par effet de lentille gravitationnelle


Il y a environ 10 milliards d'années, une étoile a explosé dans une galaxie lointaine appelée MRG-M0138. Une partie de la lumière de cette explosion a ensuite subit un effet de lentille gravitationnelle, produit par un amas de galaxies massif dont la gravité a envoyé la lumière sur de multiples chemins. En 2016, la supernova nous est apparue sous la forme de trois points lumineux distincts séparés temporellement, chacun marquant trois chemins empruntés par la lumière pour arriver jusqu'ici. Après analyse fine de la lentille, des astrophysiciens états-uniens prédisent que deux nouvelles images de cette supernova vont apparaître... dans 16 ans et dans 21 ans! Ils publient leur étude aujourd'hui dans Nature Astronomy.

samedi 11 septembre 2021

Un nouveau système planétaire de 5 planètes telluriques prometteur autour d'une étoile naine


C'est une découverte qui a été publiée il y a déjà un peu plus d'un mois, au début du mois d'août, mais elle mérite que l'on s'y arrête. Un système planétaire de planètes rocheuses de petites taille a été identifié autour de l'étoile L98-59, et parmi ces planètes se trouve la plus petite exoplanète jamais détectée par la méthode de la vitesse radiale, deux fois moins massive que Vénus. Un système planétaire potentiellement riche en eau dans lequel les atmosphères planétaires vont pouvoir être étudiées finement dans les années qui viennent. L'étude a été publiée par Astronomy&Astrophysics.

mercredi 8 septembre 2021

Des naines blanches continuent à brûler de l'hydrogène dans M13

Alors que l'on pensait que les étoiles naines blanches étaient vouées à se refroidir en mourant à petit feu pendant des dizaines de milliards d'années, des observations récentes indiquent que de nombreuses naines blanches peuplant le célèbre amas globulaire M13 continuent à brûler de l'hydrogène à leur surface, de quoi les faire paraître plus jeunes que leur âge. L'étude est publiée par Nature Astronomy.

lundi 6 septembre 2021

Mars beaucoup plus riche en néon que la Terre


Le néon est un gaz rare dans l’atmosphère terrestre, mais relativement abondant sur Mars. Il y a été détecté depuis longtemps par les premières sondes américaines Viking ainsi que dans des météorites martiennes. Aujourd’hui, la sonde MAVEN permet de mesurer la perte de néon martien par échappement atmosphérique, ce qui montre que le néon est produit en continu sur Mars… L’étude est publiée par Icarus

vendredi 3 septembre 2021

Une supernova déclenchée par une collision avec une étoile à neutrons


Une explosion de supernova par effondrement de coeur arrive lorsqu'une étoile massive ne parvient plus à fusionner la matière qui forme son coeur, notamment le fer. Mais la théorie prédit que la fusion du coeur pourrait aussi s'arrêter avant, si le coeur est fortement perturbé par un événement extérieur, comme une collision avec une étoile à neutrons ou un trou noir. Cette situation rare vient d'être probablement identifiée par une série d'indices concordants. L'étude est publiée cette semaine dans Science.

mercredi 1 septembre 2021

Observation en rayons X d'un couple de trous noirs supermassifs via une lentille gravitationnelle


Grâce à une lentille gravitationnelle, des astronomes ont observé trois images en rayons X qui correspondent à deux sources situées dans l’univers jeune, probablement un couple de trous noirs supermassifs séparés de seulement 650 années-lumière et situés 2 milliards d’années après la singularité initiale. L’étude est publiée dans The Astrophysical Journal.  

lundi 30 août 2021

L'origine hadronique ou leptonique des rayons cosmiques enfin dévoilée


Une équipe d’astronomes nippo-australienne a réussi pour la première fois à quantifier la fraction des composantes hadroniques (protons) et leptoniques (électrons) des rayons cosmiques dans un résidu de supernova. Ils élucident ainsi la très ancienne question de l’origine des rayons cosmiques primaires. L’étude est publiée dans The Astrophysical Journal. Il était temps pour nous de parler à nouveau d’astroparticules…

samedi 28 août 2021

Découverte d'un filament géant ou d'un nouveau bras spiral dans notre galaxie

Une équipe d'astronomes chinois vient de détecter une structure de gaz massive dans la zone externe de notre galaxie. Baptisé Cattail (la Queue de Chat) par les auteurs, il pourrait s'agir d'une partie d'un bras spiral qui n'avait pas été repéré jusque là. L'étude est publiée dans The Astrophysical Journal Letters.

mercredi 25 août 2021

Détection d'un FRB répétitif avec des ondes radio de basse fréquence


Le sursaut rapide d'ondes radio répétitif FRB 20180916B vient d'être observé simultanément dans deux gammes de fréquences très différentes et pour la première fois aussi bas que 110 MHz. On en découvre un comportement légèrement différent en fonction de la fréquence, de quoi éliminer certains scénarios. L'étude paraît cette semaine dans Nature.

mardi 24 août 2021

Découverte d'un nouveau pulsar en couple avec une autre étoile à neutrons


Parmi les presque 2900 pulsars qui ont été découverts depuis 1967 et les travaux pionniers de Jocelyn Bell-Burnell, qui vient de recevoir aujourd'hui-même une nouvelle distinction de la Royal Society (la Copley Medal), nous n’en connaissons que 15 qui sont binaires avec une étoile à neutrons pour compagne, et seulement un seul qui est constitué de deux pulsars détectables. Aujourd’hui, c’est un nouveau pulsar binaire accompagné d’une étoile à neutrons qui vient d’être découvert par une équipe internationale, avec à la clé l’observation d’un phénomène relativiste. L’étude a été acceptée par The Astrophysical Journal.  

samedi 21 août 2021

Des planètes plus grandes autour des étoiles plus massives


Des études sur les catalogues d'exoplanètes suggéraient que les rayons planétaires augmentent avec la masse de leur étoile, pour des tailles de planètes inférieures à 6 rayons terrestres et des masses d'étoile inférieures à 1 masse solaire. Des astronomes suisses, américains et israélien ont voulu savoir ce qui se cache derrière cette corrélation entre taille de planète et masse de l'étoile. Ils publient leurs résultats dans Astronomy&Astrophysics

mercredi 18 août 2021

Saturne a un grand coeur, mais diffus...


Une nouvelle étude publiée dans Nature Astronomy révèle que Saturne, comme Jupiter, semble posséder un gros noyau diffus qui s'étend jusqu'à sur 60 % de son rayon, de quoi bouleverser l'image classique que l'on avait des planètes géantes gazeuses. 

lundi 16 août 2021

L'atmosphère de Jupiter fortement échauffée par ses aurores polaires


Avec la lumière solaire qu'elle reçoit, la haute atmosphère de Jupiter devrait avoir une température moyenne de 200 K (-73°C), mais au lieu de ça, elle est de 700 K (427°C)! Cette forte anomalie thermique qui interroge les planétologues depuis très longtemps vient de trouver une réponse : ce seraient les aurores polaires qui produiraient un échauffement de toute l'atmosphère de Jupiter. L'étude est parue dans Nature.

samedi 14 août 2021

Une nouvelle méthode efficace pour mesurer la masse des trous noirs


Comment mesurer la masse d'un trou noir supermassif ? Jusqu'à présent, les astrophysiciens se fondaient sur des paramètres très indirects comme les signatures spectrales produites dans le disque d'accrétion ou la structure de la galaxie hôte entourant le trou noir. Une méthode plus directe est l'imagerie de l'ombre de l'horizon, mais elle n'a pu être obtenue que sur M87* par l'EHT. Aujourd'hui, des chercheurs américains proposent une toute nouvelle méthode très efficace, fondée sur le suivi dans le temps des variations de luminosité du disque d'accrétion. Leur étude A characteristic optical variability time scale in astrophysical accretion disks est parue hier dans la revue Science.

vendredi 13 août 2021

Observation de la formation d'une exolune autour d'une planète naissante


Cette image sera peut-être l'image astronomique de l'année, et elle est au moins l'image phare de ce premier semestre, elle montre une planète naissante au sein d'un disque circumstellaire, PDS70c, une grosse Jupiter qui est elle même entourée d'un disque de poussière, un disque circumplanétaire qui est en train de former une exolune. Cette prouesse a été obtenue grâce au réseau de radiotélescopes ALMA et a été publiée le 20 juillet dernier dans The Astrophysical Journal Letters

jeudi 12 août 2021

Découverte du sursaut gamma "long" le plus court, produit par un collapsar


Les sursauts gamma (GRB) ont été compris depuis quelques décennies comme provenant de deux phénomènes astrophysiques distincts. Ils sont généralement distingués par leur durée : les sursauts gamma courts (une durée inférieure à 2 s) proviennent de la fusion de deux étoiles à neutrons et sont relativement proches et les sursauts gamma longs (plus de 2 s et jusqu'à plusieurs minutes), eux, proviennent du collapse d'étoiles massives (des collapsars, qui peuvent être extrêmement éloignés). Le point commun entre les deux phénomènes est la création d'un trou noir qui accrète rapidement les résidus issus de sa création lors du cataclysme. Mais un GRB détecté il y a 1 an vient semer le trouble et est l'objet de deux articles d'équipes différentes dans Nature Astronomy parus le même jour : il possède les caractéristiques d'un GRB long mais n'a duré que 0,65 s... 
 

mercredi 11 août 2021

Le jet du trou noir de Centaurus A imagé en détail par l'Event Horizon Telescope


La campagne d'observation d'avril 2017 a été exceptionnelle pour la collaboration Event Horizon Telescope avec l'obtention de la première image de l'ombre de l'horizon d'un trou noir, le supermassif de la galaxie M87. Mais l'interféromètre radio mondial avait alors également été utilisé pour observer d'autres coeurs de galaxies actifs. C'est aujourd'hui l'image du coeur de la galaxie Centaurus A qui vient d'être publiée dans Nature Astronomy par la collaboration EHT, une étude intitulée Event Horizon Telescope observations of the jet launching and collimation in Centaurus A, où l'on voit en détail la base du jet du trou noir de Centaurus A.

mercredi 14 juillet 2021

Découverte d'un comportement périodique fenêtré pour le magnétar SGR 1935+2154


Les publications d'études en préprints peuvent avoir un grand intérêt lorsqu'elles donnent des prédictions à court terme, notamment sur un temps inférieur à la durée du processus de publication dans une revue à comité de lecture. C'est le cas de ce travail de Mikhail Denissenya, Bruce Grossan et Eric Linder (Université de Berkeley) qui ont prédit le 19 mars dernier dans le préprint de leur article que le magnétar SGR 1935+2154 allait se réveiller en juin pour une période d'activité de 4 mois. Le magnétar est effectivement redevenu actif le 24 juin avec une nouvelle bouffée de rayons X et gamma suivie par d'autres... et le papier de Denissenya et al. Distinguishing time clustering of astrophysical bursts est paru dans Physical Review D le 6 juillet... 

lundi 12 juillet 2021

Les aurores à rayons X de Jupiter expliquées (en partie)


Depuis 40 ans, des aurores polaires émettrices de rayons X sont observées sur Jupiter sans être pleinement comprises. Mais aujourd'hui, grâce à des observations conjointes effectuées avec le télescope spatial européen XMM-Newton et la sonde américaine Juno, leur origine vient d'être déterminée. Une étude parue dans Science Advances sous le titre Revealing the source of Jupiter’s x-ray auroral flares.

samedi 10 juillet 2021

Une hypernova magnétorotationnelle à l'origine des éléments lourds d'une très vieille étoile


Les fusions d'étoiles à neutrons ont récemment été confirmées comme sites de nucléosynthèse par capture rapide de neutrons (le processus r). Cependant, dans les modèles d'évolution chimique de la Galaxie, les fusions d'étoiles à neutrons ne permettent pas à elles seules de reproduire les profils d'abondance des éléments des étoiles qui sont extrêmement pauvres en métaux. Aujourd'hui, des astrophysiciens, en mesurant la composition d'une très vieille étoile, parviennent à déduire l'existence antérieure d'une hypernova qui est la seule à avoir pu lui fournir ses éléments lourds par le processus r. Ils publient leur étude dans Nature sous le titre r-Process elements from magnetorotational hypernovae.

mercredi 7 juillet 2021

Le méthane d'Encelade compatible avec une origine microbienne


Une étude publiée dans Nature Astronomy par des chercheurs français, Bayesian analysis of Enceladus’s plume data to assess methanogenesis, conclut que les niveaux de méthane qui ont été mesurés par la sonde Cassini dans les panaches aqueux qui jaillissent de l'océan d'Encelade ne peuvent pas être expliqués entièrement par des processus géochimiques connus... Par contre par des processus biochimiques, oui.

mardi 6 juillet 2021

Palomar 5, un amas globulaire disloqué par ses trous noirs


Palomar 5 (Pal 5) est un amas globulaire découvert en 1950. Il se trouve à une distance d'environ 80 000 années-lumière et fait partie des 150 amas globulaires qui gravitent autour de la Voie lactée. Il est âgé de plus de 10 milliards d'années, comme la plupart des autres amas globulaires. Mais il est environ 10 fois moins massif et 5 fois plus étendu qu'un amas globulaire typique et il est en train de se dissoudre. Aujourd'hui, des astronomes démontrent que Pal 5 doit contenir une très grande population de trous noirs, trois fois plus élevée que ce qui était attendu... Ils publient leur étude dans Nature Astronomy.

samedi 3 juillet 2021

L'atmosphère de Titan analysée avec les étoiles d'Orion


Les astronomes ne manquent pas d’idées pour faire des observations intéressantes. La technique de l’occultation d’étoile est bien connue pour analyser l’atmosphère d’une planète par le spectre d’absorption de la lumière d’une étoile lointaine. Mais le 1
er février 2016, une équipe a profité non pas d’une occultation d’étoile mais de trois étoiles parfaitement alignées, pour analyser avec la sonde Cassini l’atmosphère de Titan en profondeur et sur une large zone en latitude. Et ce n'était pas n’importe quelles étoiles : les trois étoiles de la ceinture d’Orion. Ils publient leurs résultats dans la revue de planétologie Icarus, un article qu'ils ont simplement intitulé Titan occultations of Orion’s belt observed with Cassini/UVIS.

jeudi 1 juillet 2021

Découverte de la naine blanche la plus massive, donc la plus petite


Plus une naine blanche est massive, plus elle est petite. Une équipe d’astrophysiciens vient encore de la démontrer en publiant la découverte de la naine blanche la plus petite jamais identifiée, à peine plus grande que la Lune, mais c’est aussi la naine blanche la plus massive connue, avec une masse à peine en dessous de sa limite de stabilité. L’étude est publiée dans Nature sous le titre A highly magnetized and rapidly rotating white dwarf as small as the Moon

mardi 29 juin 2021

Deux fusions trou noir-étoile à neutrons détectées par LIGO/Virgo pour la première fois


Pour la première fois, les interféromètres gravitationnel LIGO et Virgo ont détecté une fusion entre un trou noir et une étoile à neutrons. Et il n'y en pas qu'une seule, il y en a eu deux espacées de 10 jours en janvier 2020. Ça valait le coup de faire un seul article pour parler des deux en même temps. Et c'est la première fois que des fusions mixtes de ce genre sont clairement identifiées par leurs ondes gravitationnelles. Les chercheurs des collaborations LIGO, Virgo et KAGRA publient leurs découvertes dans The Astrophysical Journal Letters sous le titre Observation of Gravitational Waves from Two Neutron Star–Black Hole Coalescences

lundi 28 juin 2021

Identification de la première supernova à effondrement par capture électronique


Si vous suivez assidument Ça Se Passe Là-Haut, vous savez que pour produire une supernova à effondrement de coeur, une étoile doit avoir une masse supérieure à 8 masses solaires. Ce que l'on sait moins en revanche, c'est qu'entre 8 et 10 masses solaires, il ne se passe pas tout à fait la même chose qu'au delà de 10 masses solaires. Entre 8 et 10 masses solaires, il doit arriver ce que les spécialistes appellent une supernova par capture électronique. La première supernova de ce type déterminée avec une quasi certitude vient d'être identifiée par une équipe internationale. Ils publient leur étude dans Nature Astronomy sous le titre The electron-capture origin of supernova 2018zd.

jeudi 24 juin 2021

Les planètes qui peuvent détecter la Terre


En octobre 2020, je vous relatais une étude qui visait à dénombrer les étoiles à partir desquelles la Terre peut être vue en transit devant le Soleil, la méthode la plus efficace à ce jour pour détecter une exoplanète. Aujourd’hui, les mêmes chercheurs approfondissent leur première étude et fournissent une liste exhaustive des étoiles qui ont pu voir ou qui pourront bientôt détecter la Terre par transit, les étoiles qui se trouvent dans la Zone de Transit Terrestre (ETZ, Earth Transit Zone). Et certaines de ces étoiles sont déjà connues pour abriter des planètes. L’étude est parue dans Nature sous le titre Past, present and future stars that can see Earth as a transiting exoplanet.

mercredi 23 juin 2021

La matière noire peut être à l’origine des trous noirs supermassifs


L’une des questions qui taraude les astrophysiciens est l’origine des trous noirs supermassifs. Certains trous noirs de plus de 1 milliard de masses solaires sont observés dans l’Univers à peine âgé de 800 millions d’années. Un grossissement aussi rapide est difficilement conciliable avec ce que l’on connaît. Il faudrait notamment que ces trous noirs grossissent à partir de graines de trous noirs déjà suffisamment massives, mais les mécanismes à même de produire ces graines sont encore très incertains. Aujourd’hui, Wei-Xiang Feng, Hai-Bo Yu, and Yi-Ming Zhong, spécialistes de la matière noire qui interagit avec elle-même (la matière noire de type SIDM) montrent que ce type de matière noire peut grandement faciliter la constitution de graines de trous noirs très massives. Les chercheurs publient leur étude dans The Astrophysical Journal sous le titre Seeding Supermassive Black Holes with Self-interacting Dark Matter: A Unified Scenario with Baryons.

dimanche 20 juin 2021

Le théorème de la surface des trous noirs de Hawking vérifié par les ondes gravitationnelles


Aujourd'hui, l'une des lois les plus célèbres concernant les trous noirs, le théorème de la surface qui a été écrit par Stephen Hawking en 1974, vient d'être  confirmée par les ondes gravitationnelles. Selon ce théorème, la surface des trous noirs ne peut pas diminuer au fil du temps, notamment lorsqu'ils produisent des ondes gravitationnelles. Une étude parue dans Physical Review Letters intitulée Testing the black-hole area law with GW150914.

samedi 19 juin 2021

L'origine des bras spiraux du disque protoplanétaire de Elias 2-27

Depuis des décennies, les astronomes étudient les disques protoplanétaires pour tenter de résoudre les détails de la genèse des planètes. Grâce à ALMA, une équipe a, pour la première fois, observé en détail les structures spiralées du disque protoplanétaire massif d'une jeune étoile, Elias 2-27, située à 378 années-lumière. Teresa Paneque Carreño (Université de Santiago, Chili) et ses collaborateurs publient leurs résultats dans The Astrophysical Journal sous le titre Spiral Arms and a Massive Dust Disk with non-Keplerian Kinematics: Possible Evidence for Gravitational Instability in the Disk of Elias 2-27.

mercredi 16 juin 2021

Bételgeuse : confirmation de son obscurcissement par sa poussière


Une équipe internationale confirme la cause de la forte baisse de luminosité de Bételgeuse durant l'hiver 2019-2020. C'est bien une grosse quantité de poussière que la supergéante rouge a produit et qui a obscurci une grande partie de son hémisphère sud. L'étude intitulée A dusty veil shading Betelgeuse during its Great Dimming est parue aujourd'hui dans Nature.

lundi 14 juin 2021

Observation d'une rotation des filaments cosmiques à très grande échelle


En cartographiant le mouvement des galaxies dans les immenses filaments qui forment la toile cosmique, des astronomes chinois, allemand et estonien, ont découvert que ces longues structures de galaxies et de matière noire tournent à l'échelle de centaines de millions d'années-lumière. Une rotation à des échelles aussi énormes n'a jamais été observée auparavant. Les résultats sont publiés dans Nature Astronomy sous le titre Possible observational evidence for cosmic filament spin.

dimanche 13 juin 2021

Variation du flux de rayons cosmiques galactiques en fonction de l'activité solaire


L'activité magnétique du Soleil influe significativement sur le flux des rayons cosmiques galactiques qui parviennent jusqu'à la Terre (ou la Lune). On vient encore d'en avoir la preuve avec de nouveaux résultats de suivi sur une longue durée, qui montrent un nouveau record de flux de rayons cosmiques en 2020, qui coïncide avec la période d'activité solaire la moins intense observée depuis 60 ans... L'article de l'équipe chinoise est paru dans The Astrophysical Journal Supplement Series sous le titre Variations of the Galactic Cosmic Rays in the Recent Solar Cycles.

jeudi 10 juin 2021

Observation d'une modulation de l'activité des galaxies satellites en fonction de leur position


Une équipe d’astrophysiciens mexicains, allemands et états-uniens viennent de montrer que les galaxies naines satellites qui entourent les grosses galaxies sont différentes selon là où elles se trouvent par rapport à la galaxie principale : celles qui sont situées à l’aplomb du trou noir supermassif de la grosse galaxie fabriquent plus d’étoiles que celles situées au niveau du disque. Une étude publiée cette semaine dans Nature, intitulée Anisotropic satellite galaxy quenching modulated by black hole activity. 

lundi 7 juin 2021

Nouvelles données inédites sur un GRB et nouvelles questions


Le sursaut de rayons gamma GRB 190829A  est l'un des plus proches jamais détectés. L'analyse de l'émission gamma et X rémanente qui a suivi le sursaut durant plusieurs jours a pu être effectuée grâce au détecteur H.E.S.S (High Energy Stereoscopic System), et montre des similarités entre émissions gamma et X qui ne sont pas explicables par les modèles actuels.... Une étude publiée cette semaine dans Science sous le titre Revealing x-ray and gamma ray temporal and spectral similarities in the GRB 190829A afterglow

vendredi 28 mai 2021

8 FRB localisés dans des bras spiraux de galaxies avec une grande résolution


Une équipe américaine a réussi à observer dans le détail les galaxies hôtes de 8 sursauts rapides d'ondes radio (FRB, Fast Radio Bursts) et les ont localisés à moins de 1 seconde d'arc au sein de leur galaxie respective. Les chercheurs peuvent ainsi étudier l'environnement proche des FRB et le comparer avec celui d'autres événements transitoires comme les GRB et les supernovas. Une étude à paraître dans The Astrophysical Journal intitulée A High-Resolution View of Fast Radio Burst Host Environments.