dimanche 6 mars 2011

Chouette, un Sombrero !

Comme à chaque nouvelle Lune, il est trop tentant de sortir le dobby du garage, quelle que soit la qualité du ciel. Et le ciel n'était pas le meilleur hier soir, du vent (trop), des nuages d'altitude... Transparence bof et turbulence au rendez-vous. Soit. On y va quand-même.
Et cette fois-ci, je change de lieu, mon premier spot ne me plaisant qu'à moitié (trop proche de la route et de la ville). Direction une colline un peu plus loin (13 minutes de moteur à explosion et on y est).
 
Arrivée sur place vers 0h35, installation du matériel, rusé, j'avais placé le tube dans la voiture (garée dehors) bien avant de partir, de manière à ce que la descente en température soit déjà bien amorcée.

Première constatation, le ciel n'est pas bon. Trop clair pour être honnête, nuages brumeux en altitude? Evaluation de la mvlon sur les étoiles de U Major : à peine 2 visibles, soit entre 5.2 et 5.6m. Peut mieux faire...
OK, commençons par la star du printemps qui est déjà suffisamment montée, Saturne pour le nommer. Toujours aussi majestueux avec un Titan très éloigné. J'ai toujours envie d'investir dans un grossissement plus important, le 5 mm (x240) me frustre... argh. Faudrait un 2.5 ou 3 mm pour être heureux... Bon, on le note.

Allez, quittons Saturne, direction le ciel profond maintenant, vu qu'on n'est pas loin de la constellation du corbeau qui se trouve juste en dessous de la planète aux anneaux aujourd'hui, allons donc jeter un oeil sur cette fameuse galaxie mexicaine (par le nom), M104, galaxie du Sombrero. Très facile à trouver : il suffit de suivre la flèche à partir du haut du corbeau... (quand je pense à ceux qui prennent 10 minutes à programmer leur goto et à attendre que leur bousin se positionne..), ça me prend au bas mot 3 minutes en manuel...
Sombrero nous voilà ! Vision décalée obligatoire pour apercevoir quelque chose de cohérent avec ce qu'on imagine. On y arrive, au 10 mm, le diamètre me paraît grand, grand....

Sombrero (M104) (illustration)

Direction maintenant du côté de Ursa major qui culmine bien bien haut, même carrément au zénith... Euh, c'est tellement zénithal que ça en devient difficile de mettre l'œil dans le chercheur... pffioou... on est dans la contorsion de cou, là...
Bon, vu la qualité du ciel je ne vais pas essayer la voisine M51, on va aller voir plutôt du relativement facile : le couple M97/M108 : nébuleuse de la Chouette, et galaxie M108, tout juste à côté de Merak.

nébuleuse de la Chouette (M97) (illustration)

Bien évidemment, je ne vois pas tout à fait la même chose dans mon 254 mm que cette image, mais la forme est la même. Je n'ai pas pu voir l'étoile centrale, de magnitude 16.
M97 est une nébuleuse planétaire qui a été découverte en 1781. Sa distance est incertaine, les estimations varient entre 1300 et 8000 années-lumière.
La masse totale de la nébuleuse est d'environ 0,15 masse solaire, tandis que l'étoile centrale aurait une masse de 0,7 masse solaire. Son âge est estimé à 6000 ans (date de l'explosion de l'étoile).

M108 est une galaxie spirale vue par la tranche, elle a été découverte elle aussi en 1781, peut-êtrle même jour que M97, vu leur proximité apparente... Elle ne présente pas vraiment de bulbe visible.

M108 (illustration)

M108 m'apparait bien allongée effectivement, toujours en vision décalée pour plus de détails. 

Il commence à se faire un peu tard dans ce ciel moyen et le vent souffle par rafales fort désagréables, on va donc finir ce voyage par une autre célébrité explosée, sans doute la nébuleuse planétaire la plus fameuse, j'appelle la Lyre (M57)! 
Elle a été découverte en 1779. Le diamètre réel de l'anneau est de 1,3 année-lumière, ce qui nous donne environ 2'.
J'aperçois assez facilement l'anneau, encore en vision décalée. Etoile centrale non visible (15.8m).
 Nébuleuse de la Lyre (M57) (illustration)

Il faut savoir que l'anneau que l'on peut voir est composé principalement d'oxygène et d'azote ionisés. Le bord extérieur est composé d'hydrogène, la partie sombre étant de l'hélium (car émettant dans l'UV), se qui reflète la composition des couches que l'étoile centrale a expulsé en explosant. Le reste d'étoile au centre est aujourd'hui une naine blanche très chaude, à peine plus grosse que notre bon gros soleil...

Sur ces réflexions, et après une nouvelle grosse rafale de vent presque tiède, je décide de ranger le matériel en essayant de retrouver mes protège-oculaires, qui se sont littéralement envolés pendant le spectacle!...

Dobson Sky Watcher 254 mm F/4.7 HR planetary 5 mm, Plössl 10 mm, Plössl 25 mm filtres Moon et OIII