dimanche 3 avril 2011

Une soirée Saturne

Par ce ciel.... sans la moindre turbulence atmosphérique ! et d'une transparence magique... je décide pour un temps de laisser le ciel profond à sa profondeur pour m'intéresser de près à la planète du moment. On l'aura compris, il s'agit de celle qui s'approche de son opposition cette semaine, nous n'en sommes plus qu'à quelques jours... Oui, Saturne, évidemment.
Et par chance, la terrasse pertuisienne permet de suivre l'astre annulaire au dessus du toit du voisin et avant qu'il ne soit masqué par cet abricotier mort et les milliers de fleurs du cerisier adjacent, soit  durant trois bonnes heures... Du pur bonheur en perspective.

Allons-y donc, tube installé sur la terrasse en quelques minutes, ça change des trajets motorisés! Je mets tout de suite le HR Planetary 5 mm dans mon PO, petit mouvement du rocker, et nous voilà, Saturne!

Comme déjà mentionné, je constate qu'il n'y a quasiment pas de turbulence, malgré le fait qu'il n'est que 22h, Saturne n'est donc pas encore très haut...
Le spectacle est beau au 5 mm mais il faut avouer qu'un grossissement de 240X ne suffit pas à voir tout ce qu'on souhaiterait voir, la division de Cassini par exemple, et éventuellement des traces de la grosse tempête de l'hémisphère nord... Ce qui est sûr c'est qu'il est facile de dire qui est Titan parmi les 5 satellites visibles, maginifques petits points qu'on imagine tournoyant autour de ces anneaux jaunes.
On passe donc au 3.5 mm, vu que la turbu est je ne sais où... Et là, le résultat est au rendez-vous. Résolution très très bonne. On peut voir assez facilement, avec un peu de tenacité quand-même, la division de Cassini. Je peux voir également des bandes équatoriales, les teintes sont des nuances de jaunes clairs.
Par ailleurs, je crois pouvoir affirmer que j'arrive à voir une zone bien plus claire en bas du disque dans mon oculaire, donc dans l'hémisphère nord, qui pourrait être ce qui reste encore de la fameuse tempête qui a fait rage depuis le mois de décembre dernier...

Alors qu'au 5 mm, je ne parviens pas à définir l'orientation de la visée (par en dessous ou par au dessus des anneaux), avec le Nag3.5, ça devient évident... C'est aussi l'intérêt de ce type d'oculaire. Mais maintenant que j'ai vu ça, je me dit qu'avec un ciel aussi bon, je pourrait me permettre un grossissement encore plus fort, d'autant que la poursuite dobsonienne se fait assez facilement, je commence à avoir le coup de main.

Et pourquoi pas investir dans une Barlow 2x ? Associée au 5 mm, ça donnerait un G= 480, un peu moins que 2D, théoriquement encore jouable... et ça me fournirait un intermédiaire entre le 13 mm et le 5 mm (6.5 mm à grand champ...)
Bon n'allons pas vite en besogne, il n'y aura peut-être que quelques nuits aussi peu turbulentes dans l'année, qui sait ?

C'est un pur régal, pour résumer. Saturne est vraiment un objet émouvant et magique. Et un objet qui invite à la consommation d'optiques, mais ça doit être le cas depuis 1610... En somme, la meilleure publicité pour les marchands de ciel.

qualité du ciel :
turbulence : néante! (disque d'Airy stable sur Pollux la jaune) et bonne séparation de Castor
transparence : non évaluée car en ville
température : 13° environ (!)
vent : néant

Dobson Sky Watcher 254 mm F/4.7 TV Nagler 13 mm, TV Nagler 3.5 mm, HR planetary 5 mm, Plössl 10 mm, Plössl 25 mm filtres Moon et OIII