mercredi 4 janvier 2012

6 juin 2012 : Vénus en transit comme une exoplanète

 MISE A JOUR 6 JUIN 2012 : voir http://drericsimon.blogspot.fr/2012/06/venus-un-grain-de-beaute-sur-le-soleil.html

Le 6 juin 2012 prochain aura lieu un événement astronomique très rare. Pour cause, ce sera la dernière fois que vous et vos enfants pourrez voir ce phénomène  de votre vivant (oui parce qu'après c'est un peu plus difficile...)
La prochaine fois que Vénus transitera devant le Soleil après ce 6 juin 2012 sera en 2117...

Un tel événement a été observé et reporté dans la littérature seulement 6 fois, la première remontant au 4 décembre 1639 par l'anglais Jeremiah Horrocks, qui avait repris les calculs de Kepler prédisant déjà les transits de 1631 et 1761.

Saviez-vous que le premier voyage de James Cook vers la polynésie était destiné entre autres à observer le passage de Vénus devant le Soleil en 1769 ?

Plus près de nous, peut-être vous souvenez-vous du transit du 8 juin 2004 il y a un peu moins de 8 ans.... En effet, ces transits ont lieu par paires espacées de 8 ans environ. Vos petits enfants pourront admirer celui de 2117 et celui de 2125.
C'est au cours du transit de 1761 que l'atmosphère de Vénus fut détectée pour la première fois, par Lomonosov à Saint Petersbourg.
En effet, chaque transit de Vénus devant le Soleil a été une occasion en or pour étudier cette planète jumelle de la nôtre, quoiqu'en moins habitable...

Et les astronomes d'aujourd'hui ne pouvaient pas passer à côté de ce phénomène trop rare.
Une équipe spécialisée dans la recherche et l'étude des exoplanètes (D. Ehrenreich et al.  A&A 537, L2 (2012)) a ainsi eu l'idée brillante d'utiliser le transit de Vénus de Juin prochain pour simuler en grandeur réelle le transit d'une exoplanète devant son étoile. Mais une exoplanète de taille tellurique, ce qui est une première.

Transit de Vénus en juin 2004 (Wikipedia)
Ils recherchent si il est possible de distinguer et analyser l'atmosphère d'une telle exoplanète uniquement en analysant les raies spectrales d'absorption obtenues en mesurant la lumière de l'étoile traversant les couches atmosphériques, de Vénus en l'occurence, avant de nous arriver dans nos détecteurs ou nos yeux.

Le problème de taille est... la taille justement. Alors que les plus petites exoplanètes ayant pu être analysées lors de transits devant leur étoile respective ont la taille d'une grosse Neptune, on n'est toujours pas parvenu à observer l'atmosphère d'exoplanètes aussi petite que la Terre ou Vénus.

La caractérisation de l'atmosphère en spectroscopie par transmission sur de telles planètes doit faire face à la très faible épaisseur de l'enveloppe gazeuse atmosphérique. Des mesures photométriques de très haute précisions sont alors requises.
C'est dans ce contexte que le passage de Vénus devant le Soleil va être exploité avec grand intérêt, d'une part pour servir comme base de comparaison pour de futures exoplanètes, et d'autre part pour démontrer la faisabilité de ce type de mesures sur des planètes de cette taille.

De plus, l'observation approfondie de ce transit fournira des informations précieuses sur les différences existant entre l'atmosphère d'une planète inhabitable (Vénus) et celle d'une planète habitable (la Terre) lorsqu'elles sont observées par spectroscopie en transmission lors d'un transit.

Le transit de juin 2004 fut le premier a avoir été observé avec une instrumentation avancée, à la fois depuis l'espace et depuis le sol. Le prochain qui nous attend l'été prochain si la météo est avec nous devrait être encore d'avantage étudié, pour en extraire toutes les informations possibles,car une telle occasion ne se reproduira pas de sitôt et en astronomie comme ailleurs, l'occasion fait le larron et il y a de belles occasions...

source: 
Transmission spectrum of Venus as a transiting exoplanet
D. Ehrenreich et al.
A&A 537, L2 (2012)

Dobson Sky Watcher 254 mm F/4.7 TV Nagler 13 mm, TV Nagler 3.5 mm, HR planetary 5 mm, Plössl 10 mm, Plössl 25 mm, Barlow TV x2 filtres Moon et OIII, Guided by Telrad