15/02/2014

Jupiter : la Disparition de la Grande Tache Rouge

L'image que nous connaissons de Jupiter est le plus souvent cette grosse boule orangée montrant des bandes parallèles plus ou moins claires, et cette grosse tâche rouge dans son hémisphère Sud. Et il semble bien que cet aspect classique de Jupiter est en train de changer, et rapidement... Le Grande Tache Rouge ne sera bientôt plus qu'un petit cyclone anodin comme il en existe de nombreux sur Jupiter.
Jupiter vue par Voyager 2
en 1979 (NASA)
Car il faut déjà rappeler la nature de ce grain de beauté jovien qui nous est si familier. Il s'agit d'un phénomène climatique, une monstrueuse tempête qui sévit dans l'atmosphère de Jupiter depuis au moins 400 ans, nous la connaissons depuis que Cassini a observé la planète géante au 17ème siècle.

Il y a 130 ans, la grande tache rouge portait vraiment bien son nom, elle avait une forme très allongée de près de 40000 km de longueur.

Ne serait-ce que il y a 40 ans, la grande tache formait encore un gros disque sombre bien visible. Mais c'est de moins en moins le cas. Il n'est pas rare que l'on ait un peu de mal désormais à la distinguer au télescope d'amateur.
En 1979, elle s'étendait encore sur 25000 km (deux fois le diamètre de la Terre)  quand les sondes Voyager 1 puis 2 lui rendirent visite pour en faire des images somptueuses.
Damian Peach, un astrophotographe renommé, a mesuré précisément l'évolution de la grande tache rouge sur la décennie qui vient de s'écouler, et le résultat est instructif : 




Février 2003        : 18 420 km
Avril 2005             : 18 000 km 
Septembre 2010  :  17 624 km 
Janvier 2013         : 16 954 km 
Septembre 2013   : 15 894 km 
Décembre 2013    : 15 302 km 

Le rétrécissement de la grande tache ne fait qu'accélerer... En décembre 2013, elle ne faisait plus que 1,2 diamètres terrestres.
A gauche :  photo de Jupiter en 1879 extrait de "A History of Astronomy in the 19th Century” de Agnes Clerk.
A droite :  Jupiter le 10 Janvier 2014 (photo Damian Peach)
Ce qui est intéressant à noter et qui a pu être mesuré, c'est que la période de rotation de ce cyclone géant, au cours du rétrécissement, s'est accélérée. Alors qu'elle était de l'ordre de 6 jours il y a encore 30 ans, elle n'est plus que de 4 jours aujourd'hui. La tempête semble conserver son moment cinétique, à l'image du patineur qui tourne plus vite en rejoignant ses bras le long de son corps.
Il faut également se rappeler d'un fait étonnant : la Grande Tache Rouge semble avoir complètement disparue entre 1713 et 1830, période au cours de laquelle aucune observation de Jupiter n'y faisait mention, pour réapparaître en 1831 sous forme d'un disque pâle.
Il n'est cependant pas certain que cette tâche réapparue en 1831 (qui est celle que nous connaissons aujourd'hui), soit la même que celle qu'avait découvert Cassini en 1665...
La Grande Tâche Rouge vue par Voyager 2 en 1979 (NASA)
Si le rétrécissement se poursuit, ce qui est plus que probable, la grande tache perdra son adjectif qualificatif. Mais Jupiter a du ressort pour nous montrer sa beauté, car dans l'hémisphère opposé à celui de la grande tache, se trouve une autre tempête, qui, elle, semble avoir tendance à grossir... On l'appelle la "tache rouge junior", et elle fait déjà la moitié de la taille de sa grande sœur.

Rien ne dit que le spectacle ne va pas continuer sur Jupiter.

Jupiter imagée par Voyager 1 en 1979 (NASA)