vendredi 20 mars 2015

Une seule supernova produit suffisamment de poussières pour fabriquer des milliers de planètes

Une équipe de chercheurs internationale vient de mettre en évidence comment une supernova peut produire des quantités phénoménales de poussières, sources de plusieurs milliers de planètes potentielles...




C'est grâce à un télescope un peu particulier appelé SOFIA (Stratospheric Observatory for Infrared Astronomy)  que les astronomes ont pu observer en détail ce résidu de supernova. SOFIA est un télescope de 2,5 m aéroporté, qui est installé à bord d'un Boeing 747 SP (Special Performance), modifié spécialement par la NASA pour accueillir un télescope infra-rouge et qui vole à très haute altitude, entre 39000 et 45000 pieds (entre 12000 m et 14000 m). Il est exploité conjointement par la NASA et le German Aerospace Center allemand.
Les astronomes se sont intéressé à un nuage de poussière interstellaire nommé SNR Sgr A East, qui est le résidu d'une supernova qui a explosé il y a maintenant 10000 ans. Ce qu'ont pu montrer l'américain Ryan Lau et ses collègues, c'est que cette supernova avait produit assez de poussières pour fabriquer plus de 7000 planètes comme la Terre...
L'équipe a estimé la masse totale de poussière dans le nuage à partir de l'intensité de ses émissions infra-rouge.
Les astronomes savaient déjà que les ondes de chocs générées par les supernovas pouvaient produire des quantités non négligeables de poussière, et jusqu'à aujourd'hui, on se demandait surtout si les toutes nouvelles particules de poussières produites pouvaient survivre au rebond de la première onde de choc quand cette dernière impacte les nuages de gaz et de poussière environnants. 

Et la réponse est donc : oui. La poussière résiste bien à ces ondes de choc de rebond et peuvent alors se disperser dans l'espace interstellaire pour devenir les graines de futurs petits corps rocheux, qui peuvent par le suite devenir grands comme des planètes.
Ce que ces résultats montrent aussi c'est que les grandes quantités de poussières qui sont observées dans les jeunes galaxies très distantes sont probablement le fruit d'explosions de supernovas d'étoiles massives, car aucun mécanisme ne permet aujourd'hui de l'expliquer autrement. 

L'observation d'un résidu de supernova situé non loin du centre galactique permet ainsi d'en déduire des informations cruciales sur les processus en jeu dans les premières galaxies de l'Univers...  et nous rappeler ô combien nous ne sommes que des poussières d'étoiles.

L'article de Ryan Lau et ses collègues est paru en ligne le 19 mars dans Science.


Source : 
Old supernova dust factory revealed at the Galactic center
R. M. Lau et al.
Science, Published Online March 19 2015