28/09/2015

De l'eau liquide sur Mars

L'annonce de la NASA tant attendue vient de rendre son verdict : de l'eau liquide coulerait à la surface de Mars. Plus exactement dans certains cratères, mais à toutes les latitudes, aussi bien à l'équateur que à des grandes latitudes Cette mise en évidence vient après de nombreux mois de recherche sur des structures mystérieuses qui avaient été observées grâce à Mars Reconnaissance Orbiter et son instrument d'imagerie à très haute résolution HiRISE.



Ecoulements saisonniers sur le cratère Palikir qui indiquent de l'eau salée (HiRISE /NASA)

Ces structures, qu'on appelle en anglais des RSL (Recurrent Slope Linae), sont des sortes de sillons qui paraissent creusés sur les parois de cratères. Et HiRISE a pu montrer en 2011 que ces sillons évoluaient au fil de leur exposition au soleil... 
Ils apparaissent à la fin du printemps Martien, grossissent en été puis disparaissent à l'automne.
Plus récemment de nouvelles observations ont été effectuées par spectroscopie avec l'instrument CRISM de MRO et ont permis d'en déduire la nature chimique de ce que semblent bien être ces écoulements.

Les chercheurs sont arrivés finalement à la conclusion que l'explication était que de l'eau provenant de l'atmosphère martienne dissolvait des sels de perchlorates existant dans le sol, produisant une solution aqueuse qui s'épanche alors sur les parois de ces cratères.
Cette solution aqueuse a le bon goût d'être liquide à des températures inférieures à zéro degré, jusqu'à environ -20°. 
Bien évidemment, il ne faut pas imaginer des torrents d'eau claire dévalant les pentes de Mars. Il ne s'agit que d'eau très chargée en composés chimiques, très salée, et les chercheurs précisent qu'il n'est pas du tout évident que des microbes puissent survivre dans un tel milieu.

On savait depuis un moment que des traces anciennes d'eau existait sur Mars, notamment sous la formes de roches hydratées, et que Mars avait dû connaitre une époque humide dans son passé lointain, mais le fait qu'aujourd'hui la simple exposition au soleil puisse permettre de dépasser la température de liquéfaction d'une solution aqueuse, faisant ainsi couler des  sortes de torrents de boue est une énorme nouvelle pour tous les amoureux de Mars.

2 commentaires :

Anonyme a dit…

Pierre Thomas , planétologues à l'ENS - Lyon à publié un article sur cette nouvelle ... mais en 2011
http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/ecoulement-estival-eau-Mars-2011.xml

Dr Eric SIMON a dit…

Et oui et les résultats annoncés hier sont la confirmation de ces premiers résultats, cette fois-ci avec des données spectroscopiques en plus de l'imagerie...