vendredi 30 décembre 2011

Une nuit noire pour penser l'Univers

Imaginons un instant la situation suivante : nous sommes en orbite autour du Soleil, mais ce dernier possède une ou deux étoiles compagnons très proches, nous sommes en périphérie d'un amas globulaire. Nous avons des journées comme celles que nous connaissons. En revanche, nos nuits ne sont jamais noires, toujours éclairées par une lueur crépusculaire produite par ces étoiles proches très brillantes.

Résultat : nous ne pouvons pas voir les étoiles lointaines ni les objets du ciel profond, évidemment, nous ne connaissons que les deux ou trois étoiles très brillantes qui peuplent notre ciel...

Nous ne nous sommes donc jamais intéressés à ce qui se passe là-haut. Outre que nos mythologies sont très pauvres, nous ne connaissons absolument pas l'existence de planètes, ni de comètes, et encore moins des galaxies, ni des nébuleuses, évidemment. Ne connaissant pas les galaxies, nous ne savons rien sur la dynamique, donc l'évolution de l'Univers, nous pensons l'Univers comme quelque chose d'immuable, peuplé de quelques étoiles que nous voyons jour et nuit. Nous ne pouvons même pas imaginer ce que peut être une galaxie, n'en ayant jamais vu. Nous ne savons rien sur les trous noirs, peut-être pas grand chose sur les pulsars...

Le big bang n'existe pas pour nous, nous n'avons jamais échafaudé des modèles cosmologiques, nous n'avons jamais eu besoin d'imaginer une chose aussi singulière qu'une phase inflationnaire, nous n'avons jamais pensé l'Univers...

Cette situation est certainement très probable, des civilisations lointaines doivent être confrontées à un tel environnement.  Faut-il conclure que c'est notre environnement qui a façonné notre représentation de l'Univers tel qu'on le conçoit aujourd'hui ? Faut-il en conclure également que nous avons une chance inouïe de vivre autour d'une petite étoile dont la plus proche voisine est assez éloignée pour ne pas nous aveugler et nous cacher toutes ces splendeurs qui nous permettent de comprendre certaines parties du tout ?

La nuit noire a offert à nos ancêtres une ouverture inestimable vers le ciel, c'est bien à la noirceur du ciel que l'on doit notre intérêt pour cette multitude de petits points scintillants et qui a fini par engendrer la conceptualisation puis la modélisation mathématique de l'Univers que nous connaissons aujourd'hui...



Dobson Sky Watcher 254 mm F/4.7 TV Nagler 13 mm, TV Nagler 3.5 mm, HR planetary 5 mm, Plössl 10 mm, Plössl 25 mm, Barlow TV x2 filtres Moon et OIII, Guided by Telrad

2 commentaires :

Davy Hubert a dit…

Et c'est malheureusement ce ciel noir que nous perdons maintenant au profit d'éclairages dans nos villes et villages.

Dr Eric SIMON a dit…

et oui... il faut lutter localement... et aussi par exemple en rejoignant l'ANPCEN (association nationale pour la protection du ciel de et l'environnement nocturnes) :

http://www.anpcen.fr