mardi 19 juillet 2016

Pluie d'étoiles filantes des Perséides 2016 : à observer du 11 au 13 août


Quoi de mieux qu'une belle nuit d'été pour contempler le ciel ? Comme tous les ans au mois d'août, l'astronomie se rend proche de tous grâce à l'apparition de la pluie d'étoiles filantes des Perséides, qui ne demande aucun autre instrument que des yeux pour les admirer.
Celle de cette année sera légèrement moins favorable que les Perséides de 2015, à cause de la présence de la Lune et sa lumière dans la première partie de la nuit, mais elle pourrait tout de même nous réserver de très belles surprises, la quantité de météores étant toujours assez difficile à prévoir...




Vers un pic d'activité inhabituel ?
Le maximum d'activité des Perséides aura lieu le 12 août, entre 8 et 20h (TU), soit entre 10h et 24h heure française. Mais avant et après ce pic principal d'activité, des pics secondaires pourraient être observés. D'après certains astronomes, comme Esko Lyytinen et Mikhail Maslov, la Terre pourrait en effet traverser cette année une "veine" de poussières qui a été récemment perturbée par le champ gravitationnel de Jupiter, ce qui pourrait augmenter le nombre de météores visibles par heure de plus de 50% (ce qui veut dire plus de 1 par minute!). 
Mais si vous ne souhaitez pas faire une nuit blanche dans le noir, vous pouvez voir des étoiles filantes toute la nuit du 12 au 13, et même les nuits précédentes et suivantes. D'ailleurs, la traversée de l'essaim des Perséides commence dès le 17 juillet pour se terminer le 24 août, il n'est donc pas impossible que vous puissiez voir dès aujourd'hui quelques beaux spécimens à grande vitesse. Le nuage de poussières n'est pas uniforme, il est parcouru par des "veines" de poussières, qui ont des tailles et densités variables qui peuvent également évoluer d'une année sur l'autre.
Dans la nuit du 11 au 12 août, la nuit précédent celle du maximum théorique, la Terre devrait par exemple passer successivement à proximité de veines qui ont été libérées lors des passages de la comète de 1479 et 1862, puis 1079. L'activité correspondante est difficile à estimer, mais elle semble très prometteuse, n'hésitez pas à tenter votre chance... 

Quelques rappels
Les étoiles filantes, rappelons-le, sont des petits grains de poussières de comète qui brûlent dans l'atmosphère de la Terre. Si de telles pluies d'étoiles filantes reviennent tous les ans à la même date, c'est simplement dû au fait que la Terre met un an pour revenir à la même position autour du Soleil, et que c'est à cet endroit de son orbite qu'il existe une sorte de nuage de poussières produites par la comète 109P/Swift-Tuttle lors de ses passages tous les 130 ans, comme les deux derniers en 1862 et en 1992... C'est d'ailleurs lors de son passage en 1862 que les astronomes Lewis Swift et Horace Tuttle l'ont découverte et lui ont laissé leurs noms.
Or la position du nuage de poussière laissé derrière elle se décale légèrement par rapport à la Terre année après année, et nous y rentrons dedans de plus en plus... 
Le météore, ou "étoile filante" n'est que la trace de la combustion de ces petits grains de poussière (à 2000°C) lorsqu'ils traversent la haute atmosphère de la Terre à une altitude d'environ 100 km, et ce à une vitesse considérable, de l'ordre de 210 000 km/h!

Conseils pour observer un maximum d'étoiles filantes
Comme vous l'avez compris, après les conditions météorologiques, l'ennemi numéro 2 est la lumière parasite. Les météores peuvent être très brillants, mais pour la plupart d'entre eux, ils sont assez faiblement lumineux. Il est donc indispensable de n'avoir aucune lumière artificielle à proximité de votre lieu d'observation, que ce soit des lumières d'habitations, de lampadaires, de voitures, etc... pour que votre œil puisse les distinguer. Vous devrez d'ailleurs laisser un peu de temps à vos yeux pour s'habituer à l'obscurité, environ 15 à 30 minutes, puis en réduisant au maximum le recours à une lampe (si nécessaire préférez une lampe rouge ou orange plutôt qu'un écran de téléphone blanc/bleuté, qui nécessitera une nouvelle acclimatation à l'obscurité plus longue). La lune qui sera environ à son premier quartier fournira une luminosité parasite que vous devrez chercher à éviter en première partie de nuit (la Lune se couche à 1h30 cette nuit-là).



Pour pouvoir attraper un maximum d'étoiles filantes, la position d'observation compte aussi : il est préférable d'avoir le champ de vue la plus vaste possible sur la voûte céleste (tout en évitant la Lune). Pour cela, dans une zone dégagée (une plaine plutôt qu'un forêt), je vous recommande non pas seulement une bonne chaise longue, mais carrément de vous allonger au sol. En tous cas, ne restez pas debout ni assis en vous tordant le cou, c'est une mauvaise idée, habillez vous chaudement et allongez vous en position de repos avec pourquoi pas de quoi grignoter et une petite radio (qui ne fait pas de lumière). 
Ne vous focalisez pas trop sur le zénith mais plutôt un peu plus bas autour, disons à une distance d'un tiers entre le zénith et l'horizon en partant du zénith. Les météores, surtout ceux des Perséides, sont très rapides, ils peuvent traverser la moitié de la voûte céleste en une fraction de secondes mais laissent parfois derrière eux une traînée pouvant être visible durant une à deux secondes.

N'hésitez pas à observer entre amis en jouant pourquoi pas à celui qui verra un maximum d'étoiles filantes ou de satellites.... Entre deux météores, vous pourrez observer tranquillement les constellations du ciel d'été, et par exemple le grand Triangle de l'été, mais vous verrez en effet probablement passer aussi des satellites, qu'il ne faut pas confondre avec des météores, les satellites ont un éclat constant et se déplacent à vitesse constante relativement lente durant plusieurs secondes, les météores, eux, sont parfois très fugaces...

Bonnes observations, bon ciel, ... et meilleurs vœux ! 

8 commentaires :

cosmiclolotte a dit…

Bonjour, étant située dans l'hémisphère sud, en Nouvelle Calédonie, aurais-je la chance d'en apercevoir un peu ou c'est uniquement l'hémisphère nord qui est privilégié ? merci pour votre réponse.

Dr Eric SIMON a dit…

Malheureusement c'est un phénomène visible surtout dans l'hémisphère nord mais vous pouvez peut-être quand même apercevoir quelques étoiles filantes depuis l'hémisphère sud mais beaucoup beaucoup moins...

Manuel Servic a dit…

Bonsoir étant en région parisienne vous e conseillez d'aller où pour pouvoir observer le ciel?

Dr Eric SIMON a dit…

La région parisienne est le pire endroit pour observer le ciel en France... A cause de ce qu'on appelle la pollution lumineuse, toutes ces lumières artificielles qui produisent une luminosité diffuse.
La seule solution pour vous : vous éloigner le plus possible du centre de l'Ile de France, vers l'Est, l'Ouest, le Nord ou le Sud, bref, cherchez les champs ! Bonne chance!

Manuel Servic a dit…

Merci !!:-)

Anonyme a dit…

et quand on habite Rouen?

Anonyme a dit…

nous avons passé une magnifique nuit pleine de belles émotions...
installés dans un champs avec matelas et couvertures avec ma petite fille de 5 ans. elle n avait jamais vu d étoile filante. elle s en est prise plein les yeux. pour son grand bonheur.

Dr Eric SIMON a dit…

Bonjour

Rouen c'est pareil qu ailleurs en France. ..