mercredi 19 décembre 2012

Premiers Résultats de ALMA : Cocons d'Etoiles et Molécules Organiques Débusqués!

Pour la première fois, des astronomes sont parvenus à voir à travers un mur jusque là impénétrable : le nuage massif de poussière et de gaz froid du centre galactique. Ce gros nuage est surnommé la "brique" du fait de son opacité totale à la lumière visible.

C'est avec les ondes radios (millimétriques) que les astronomes sont parvenus à voir ce qui se passe à l'intérieur, et plus précisément en utilisant le grand réseau de radiotélescopes ALMA (encore en cours d'installation, mais déjà partiellement fonctionnel).
Protoétoiles dans la "brique" (CSIRO/JCMT/ALMA)

Des bulbes protostellaires ont ainsi pu être observés dans cette zone auparavant opaque, des embryons d'étoiles massives. L'équipe australienne qui à percé cette "brique" a pu dénombrer une cinquantaine de cœurs protostellaires avec une masse totale de près de 100 000 masses solaires. 

Mais la résolution obtenue n'est pas encore suffisante pour départager les deux théories en compétition décrivant la création de ces étoiles très massives : des cœurs qui sont en train de s'agglomérer, ou bien qui sont en train de se scinder en cœurs plus petits...

ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) est situé à 5000 m d'altitude sur un haut plateau des Andes chiliennes à la frontière bolivienne. Il sera équipé d'ici fin 2013 de 66 grandes antennes mobiles (pouvant se déplacer sur plus de 15 km!). 

C'est au cours de la première conférence scientifique entièrement dédiée aux observations de ALMA que ces images singulières d'étoiles naissantes ont été montrées, obtenues uniquement en observant pendant 6 heures avec seulement 25 antennes...

Le Réseau ALMA (ESO/NAOJ/NRAO/ALMA)
Toujours dans notre propre galaxie, une autre équipe (danoise) a fourni des résultats sur les disques de gaz et de poussières entourant les jeunes étoiles dans notre environnement relativement proche. Ils parviennent par exemple à détecter des molécules autour de protoétoiles, et notamment pour la première fois du glycoaldehyde.
Le glycoaldéhyde, c'est une molécule organique à la base du ribose, qui est une brique (!) élémentaire de l'ARN (le petit frère de l'ADN)... Ce résultat permet de penser que ces molécules complexes se forment en même temps que les planètes elles-mêmes...

Que ce soit pour l'étude de la chimie des disques protoplanétaires ou pour celle des cocons d'étoiles et d'autres études sur des galaxies distantes, les résultats d'ALMA vont s'amplifier et s'améliorer grandement sous peu.
Il est d'ores et déjà prévu de fonctionner avec 32 antennes dès le mois de janvier 2013, et les 66 antennes seront déployées d'ici un an. Une belle année radioastronomique en perspective.
 


Source : 
Mega-array reveals birthplace of giant stars
Eric Hand
Nature 492, 319–320 ()