mercredi 19 octobre 2016

Vénus : Indices d'une éruption volcanique très récente


Avec ses 1100 reliefs volcaniques détectés, qui couvrent près de 85% de sa surface, Vénus est une planète qui semble active, mais les planétologues ont toujours eu beaucoup de mal à obtenir une preuve irréfutable d'une activité volcanique récente ou actuelle. Mais une nouvelle observation allant dans ce sens vient d'être rendue publique il y a quelques jours lors d'une réunion de l'American Astronomical Society qui a lieu à Pasadena en Californie.



Parmi les indices d'activité volcanique, la sonde Magellan avait trouvé des zones d'écoulements qui semblaient récents au début des années 1990 par une cartographie radar de la surface. La sonde européenne Vénus Express avait elle permis de trouver plusieurs points chauds qui semblaient apparaître puis disparaître. Par ailleurs, Venus Express, toujours, et Pioneer Venus Orbiter avaient détecté des brusques montées de la teneur en dioxyde de soufre dans l'atmosphère vénusienne, un gaz souvent associé aux éruptions volcaniques. 
Cette nouvelle étude s'est basée sur toutes ces données antérieures ainsi que sur des mesures effectuées en 2006 et 2007 par l'instrument VIRTIS (Visible and Infrared Thermal Imaging Spectrometer) de Venus Express, plus particulièrement focalisées sur le relief Idunn Mons, un volcan de l'hémisphère sud vénusien large de 200 km et d'une altitude de 2500 mètres. En 2007, VIRTIS avait détecté une anomalie thermique provenant du flanc Est de Idunn Mons, ce qui avait permis d'estimer l'âge de ces terrains à seulement 2,5 millions d'années.
L'équipe menée par Piero D’Incecco (German Aerospace Center, Cologne) a donc recherché dans les archives des données de Magellan une cartographie à haute résolution de Idunn Mons pour coupler entre elles les deux types de données.
D'Incecco et ses collègues ont construit un modèle numérique à même de reproduire des écoulements de lave à partir du sommet de Idunn Mons et l'ont confronté aux données expérimentales de Magellan.
Ils ont ainsi réussi à identifier ce qui ressemble énormément à 5 coulées de lave : une vaste coulée qui recouvre le sommet du volcan, et les quatre autres qui s'étendent le long de son flanc Est. Elles apparaissent toutes relativement récentes, mais étaient-elles liées à l'anomalie thermique repérée par Vénus Express ?

Pour le savoir, les planétologues ont modélisé la quantité de chaleur que pouvait rayonner en infra-rouge chaque écoulement et ils trouvent que la combinaison de trois d'entre eux reproduit au mieux la distribution de chaleur observée (zones bleu, mauve et orange sur l'image ci-dessus). Par ailleurs, comme ces écoulements semblent se superposer à d'autres couches sous-jacentes, ils seraient bien les plus récents.
Comme le dit Piero D'Incecco  : "Cette observation est particulièrement importante car c'est la première fois que nous pouvons cartographier avec une telle résolution des écoulements de lave d'un volcan que nous pensons être actuellement ou très récemment actif, sur une autre planète que la Terre...".
On devrait en découvrir d'avantage sur le monde de Vénus dans la prochaine décennie, où européens et américains prévoient d'y retourner avec les orbiteurs Veritas en 2021 et EnVision en 2025. 


Source : 

Illustrations :

1) En haut : cartographie radar de Idunn Mons par Magellan. En bas : superposition des mesures de l'excès de chaleur par Venus Express en 2007 (NASA / JPL et ESA)

2) Cartographie radar révélant les sous-structures d'écoulement sur le flanc Est du volcan Idunn Mons (NASA/ESA/D'Incecco et al.)