samedi 28 novembre 2015

Géminides 2015 : belle pluie d'étoiles filantes à observer

On aime admirer les étoiles filantes ici sur Ça Se passe Là-Haut. Celles de l'été, les Perséides, et aussi celles de l'hiver, les Géminides. Certes, de très nombreux autres essaims viennent brûler dans l'atmosphère tout au long de l'année, mais ces deux là sont les plus emblématiques et les plus facilement observables par tout un chacun car sans besoin d'autre chose que ses yeux. Cette année, comme les Perséides, les Géminides seront idéalement visibles grâce à la quasi absence de Lune. Petits conseils d'observation.


Quand voir les Géminides ?
Les dates, tout d'abord : deux nuits seront particulièrement propices pour apercevoir de nombreuses Géminides : la nuit du 13 au 14 décembre et la suivante : du 14 au 15 décembre. Le nombre de météores prévu devrait être de l'ordre de 120 par heure, soit un toutes les 30 secondes, un taux tout à fait intéressant. Rappelons en outre que cette pluie des Géminides comporte généralement deux pics d'intensité avec la particularité que les météores apparaissant avant le premier pic sont moins brillants que ceux apparaissant après. Cela est dû à la structure complexe du nuage de poussières que la Terre va traverser et qui a été produit par la désagrégation d'un astéroïde dont le plus gros résidu existe toujours et est nommé 3200 Phaeton (voir plus bas). Le premier nuage traversé est constitué de particules plus fines que le second, expliquant la différence de luminosité qu'ils produisent en se consumant dans la haute atmosphère.
Le maximum d'activité est prévu le 14 décembre exactement aux environs de 18h TU (19h heures française). Les météores visibles la première nuit (du 13 au 14) devraient ainsi être un peu moins brillants que ceux visibles la seconde nuit (du 14 au 15), mais leur nombre devrait être similaire dans les 24 heures entourant le maximum.

Où regarder ?
Cette pluie d'étoiles filantes a été nommée pluie des Géminides car son radiant, le point d'où semblent provenir les météores sur la voûte céleste, se situe dans la constellation des Gémeaux (Gemini). Cette constellation est facilement reconnaissable grâce notamment à sa proximité de la constellation d'Orion. Elle forme deux hommes qui se donnent la main, les deux gémeaux de la mythologie, Castor et Pollux, dont les noms ont été donnés aux deux étoiles principales de la constellation et qui sont les étoiles figurant la tête de nos deux frères. Le radiant des Géminides, du 13 au 15 décembre, se trouve presque exactement à la position de Castor (la tête du jumeau le plus en haut dans le ciel).
Ciel le 14 décembre 2015 à 23h
C'est en direction de l'Est-Sud-Est qu'il faudra plutôt regarder. Evitez de regarder en direction du Nord où vous en apercevrez moins. Mais il ne faut pas se focaliser non plus sur le radiant. Observez toutes les constellations faciles à reconnaître qui se trouvent autour de celle des Gémeaux : Le Cocher, son hexagone caractéristique et son étoile très brillante (Capella) vers le zénith, Orion et ses trois étoiles alignées formant son baudrier vers le Sud, ou le Lion vers l'Est. 


Comment observer un maximum d'étoiles filantes, que ce soit le 13 décembre ou le 14 décembre ?
Comme vous l'avez compris, après les conditions météorologiques, l'ennemi numéro 2 est la lumière parasite, y compris la lumière de la Lune. Les météores peuvent parfois être très brillants, mais pour la plupart d'entre eux, ils sont tout de même assez faiblement lumineux. Il est donc indispensable de n'avoir aucune lumière artificielle à proximité de votre lieu d'observation, que ce soit des lumières d'habitations, de lampadaires, de voitures, etc... pour que votre œil puisse les distinguer. 
Vous devrez d'ailleurs laisser un peu de temps à vos yeux pour s'habituer à l'obscurité, environ 15 à 30 minutes, puis en réduisant au maximum le recours à une lampe (si nécessaire préférez une lampe rouge ou orange plutôt qu'un écran de téléphone blanc/bleuté, qui nécessitera une nouvelle acclimatation à l'obscurité plus longue).

Pour pouvoir attraper un maximum d'étoiles filantes, la position d'observation compte aussi : il est préférable d'avoir le champ de vue la plus vaste possible sur la voûte céleste. Pour cela, dans une zone dégagée (une plaine plutôt qu'un forêt), je vous recommande non pas seulement une bonne chaise longue, mais carrément de vous allonger au sol. En tous cas, ne restez pas debout ni assis en vous tordant le cou, c'est une mauvaise idée, habillez vous très très chaudement (les chaussures comptent aussi!) et allongez vous en position de repos avec pourquoi pas de quoi grignoter, un thermos de café et une petite radio (qui ne fait pas de lumière). 
N'hésitez pas à observer entre amis en jouant pourquoi pas à celui qui verra un maximum d'étoiles filantes ou de satellites.... Entre deux météores, vous pourrez observer tranquillement les constellations du ciel d'hiver, et par exemple Orion, où vous pourrez essayer de distinguer à l'oeil nu la grande nébuleuse, située légèrement en dessous des trois étoiles du baudrier. Vous verrez probablement passer des satellites, qu'il ne faut pas confondre avec des météores, les satellites ont un éclat constant et se déplacent à vitesse constante relativement lente durant plusieurs secondes, les météores, eux, sont très rapides et parfois très fugaces...

Si vous souhaitez prendre des photos, préférez l'objectif le plus petit (24 ou 35 mm), avec la plus grande ouverture possible (du genre f/2.8), avec un réglage sur ISO 800 ou plus. Utilisez un trépied et répétez de multiples poses de 30 s ou 1 minute, en espérant que la chance sera de votre côté et que vous capturerez un ou plusieurs bolides multicolores...

Une origine particulière

Les poussières qui sont à l'origine de la pluie des Géminides sont particulières. Elles arrivent dans l'atmosphère terrestre à une vitesse relativement faible : environ 30 km/s. Alors que la plupart des météores sont issus de poussières de comètes, comme les Perséides du mois d’août par exemple, les Géminides, elles, sont des résidus non pas d'une comète, mais d'un astéroïde, que l'on connait bien, qui s'appelle 3200 Phaeton. 
L'astéroïde 3200 Phaeton imagé par STEREO en 2012 à son point le plus proche du
Soleil, montrant une queue de poussières (NASA/STEREO)

Cet astéroïde a une taille de 5,1 km, et la Terre croise son orbite tous les ans à cette époque de l'année. 3200 Phaeton a une orbite allongée, il passe au plus près du Soleil tous les 1,4 an (à environ 20 millions de km du Soleil). Et en 2009, 2010 et 2012, on a pu observer que 3200 Phaeton se prenait presque pour une comète ! A sa plus faible distance du Soleil, on a pu le voir éjecter des quantités de poussières très importantes, laissant penser que la chaleur du Soleil le fracturait ou du moins produisait comme une sorte de dessèchement de sa surface, avec la production d'une petite queue de matière à la manière d'une comète.
Et 3200 Phaeton semble produire des petites éruptions périodiques également lorsqu'il est plus loin du Soleil dans son trajet orbital, ce qui fournit ces fameux petits grains de poussières que vous verrez brûler dans l'atmosphère très bientôt...

Très bon ciel à toutes et tous (et préparez votre longue liste de vœux) ! 

13 commentaires :

iris mopy a dit…

Merci, depuis mon enfance j'ai envie de regarder les étoiles et je viens justement de me commander un télescope qui devrait arriver le 12, ça serait super pour l’inaugurer :)

Dr Eric SIMON a dit…

C'est super! Mais pour observer des étoiles filantes, un télescope est inutile ! Tout simplement parce que ce ne sont pas des étoiles à proprement parler, mais des grains de poussière qui filent à 30 km/s dans l'atmosphère.
Même avec des jumelles et un grand champ de vue, il est presque impossible d'en capter à travers une optique. L’œil est le seul instrument possible pour observer des étoiles filantes. C'est ce qui rend l'observation de ce phénomène, l'observation à l'oeil nu, celle qui est la plus libre, égalitaire et fraternelle...

Anonyme a dit…

Pourrai je voir ce spectacles de la guyane?



Dr Eric SIMON a dit…

Depuis la Guyane, vous pourrez aussi voir les Géminides, mais pour vous, il faudra regarder en direction du Nord-Est. Essayez plutôt dans la nuit du 13 au 14. Mais la nuit suivante pourrait aussi offrir de belles étoiles filantes.
Bon ciel !

Maxime Lafond a dit…

Bonjour, même si ce n'est pas dans le pic d'activité, la nuit du 12 au 13 nous réservera-t'elle un beau spectacle aussi ?

Dr Eric SIMON a dit…

Il pourra y avoir déjà des météores visibles la nuit du 12 au 13 mais avec un taux réduit, peut-être quelques uns, voire peut-être jusqu'à une trentaine par heure... Donc moins impressionnant que lors du maximum.

stan leroy a dit…

Bonjour, les Géminides seront-elles visibles de l'île de La Réunion?

Merci.

Dr Eric SIMON a dit…

Bonjour,

Depuis l'île de la Réunion, vous devrez regarder plein Nord, et assez bas sur l'horizon... Privilégiez un endroit bien dégagé et sans aucune pollution lumineuse.
Bon ciel !

Camillebdg a dit…

Bonjour, je vis à Mexico, sera-t-il possible de l'observer depuis ici aussi? Et vers quelle heure? Je vous remercie beaucoup! Je serais bien triste de rater ça !!

Dr Eric SIMON a dit…

Si vous êtes à Mexico City, vous ne verrez rien à cause de la pollution des lumières de la ville. Je le rappelle : pour voir des étoiles filantes, il faut s'éloigner de toute forme de lumière parasite. Le mieux est d'être dans une campagne déserte...
Au Mexique, il faudra regarder environ vers le Nord-Est, assez haut dans le ciel. Les deux nuits du 13 au 14 et du 14 au 15 décembre sont propices.
Il va aussi de soi qu'il ne doit pas y avoir le moindre nuage...

Bon ciel (loin des lumières) !

Camillebdg a dit…

Merci beaucoup!!

MEDINA INFANTE VICTORIA CATALINA a dit…

Bonjour est ce que vous savez si c'est possible à paris?

Dr Eric SIMON a dit…

Pour voir quelque chose en étant à Paris, vous devrez vous eloigner d'au moins 30 km voire plus... à cause de la pollution lumineuse