jeudi 25 août 2016

Découverte d'une planète tellurique autour de Proxima Centauri

Une planète tellurique est donc en orbite autour de Proxima Centauri à une distance de l'étoile propice à la présence d'eau liquide. Proxima b est ainsi l'exoplanète la plus proche de la Terre, mais 4,2 années-lumière est toujours très très loin…
Cette information qui fait sensation, ne devrait pourtant pas. On sait depuis les découvertes du télescope Kepler, que le nombre de planètes de type Terre est de l'ordre de 10 à 20 milliards dans notre galaxie. Il n'est donc pas surprenant que l'une d'entre elles se trouve autour de cette naine rouge Proxima Cen, qui se trouve être l'étoile la plus proche du Soleil. Le fait qu'elle se situe dans la zone qu'on appelle « zone habitable » et qui veut simplement dire que la température à sa surface est compatible avec la présence d'eau liquide est intéressant, mais ne nous y trompons pas : cela ne signifie en aucun cas que cette planète soit habitable en tant que tel. La première condition (la possibilité de présence de l'eau sous forme liquide) est simplement remplie.
Pour être habitable, cette planète devrait en outre posséder de l'eau, ce qui n'est pas évident a priori, ainsi qu'une atmosphère adaptée chimiquement (les bons éléments) et physiquement (la bonne pression et température). Un autre élément qui fait que Proxima b pourrait être difficilement habitable est qu'elle serait en rotation synchrone, à la manière de la Lune autour de la Terre : le même hémisphère serait toujours orienté vers l'étoile, ce qui donnerait un hémisphère plutôt chaud et l'autre beaucoup plus froid, avec les effets atmosphériques néfastes que cela induit. Par ailleurs, les naines rouges comme Proxima Cen sont des étoiles qui produisent de nombreuses éruptions (particules chargées), ce qui ne paraît pas très accueillant… à moins que la planète ne possède un fort champ magnétique, utile pour dévier les protons du vent stellaire (ou que les formes de vie potentielles soient très résistantes au rayonnement). La proximité de la planète de son étoile induit également un flux intense de rayons UV et de rayons X (400 fois plus que ce que reçoit la Terre). Proxima b subirait également directement le champ magnétique de Proxima, soit un champ de 600 Gauss (environ 500 fois plus important que le champ magnétique mesuré sur Terre).
La masse de Proxima b a pu être évaluée à au moins 1,3 fois celle de la Terre (elle peut être supérieure). Elle se trouve très proche de l'étoile (7 millions de km) ce qui lui fait une période orbitale de 11,2 jours, l'année y est vraiment très courte… C'est parce que la naine rouge est froide (3050 K) et petite (une masse de 0,12 masse solaire et un rayon de 14% de celui du Soleil) que la planète peut être si près tout en se trouvant dans la zone de l'eau liquide. En termes de luminosité, Proxima émet 700 fois moins que notre Soleil.
C'est en 2000 qu'un projet de recherche a été lancé pour étudier le spectre de Proxima Cen sur le télescope de 3,6 m de l'ESO à La Silla au Chili, à la recherche de variations périodiques du décalage spectral qui signeraient la présence d'un petit corps en orbite, produisant d'infimes variations de vitesses mais décelables dans le spectre. Après avoir trouvé des indices de telles oscillations de décalage spectral avec une période de 11,2 ans, les astronomes ont cherché à éliminer toutes les autres possibilités pouvant mimer ce signal, comme par exemple une variation propre à l'étoile.  
Entre janvier et mars 2016, l'équipe de Guillem Anglada-Escudé (Queen Mary University, Londres) a donc observé Proxima Cen chaque nuit durant 20 minutes d'affilée sur d'autres télescopes de l'ESO pour déterminer sans doute possible que l'oscillation de décalage spectral était bien dû à la présence d'une planète. Les données qui s'étalent sur plus de 15 ans apparaissent très robustes et permettent aux astronomes d'annoncer cette découverte avec confiance.
Les chercheurs, à partir de leurs données, ne peuvent pas exclure  la présence potentielle d'une deuxième planète plus massive qui pourrait tourner autour de Proxima Cen avec une orbite plus éloignée (avec une période comprise entre 100 et 400 jours), donc en dehors de la zone de l'eau liquide de l'étoile, et qui n'aurait pas d'effet de perturbation sur Proxima b.
Les astronomes cherchent maintenant activement à voir si Proxima b ne ferait pas des transits devant Proxima, ce qui permettrait de savoir si elle possède une atmosphère et de déterminer sa taille, et donc sa densité et indirectement sa composition. En vain pour le moment.

Les prochaines décennies pourraient offrir la possibilité de produire une imagerie directe de Proxima b et pourquoi pas une étude spectroscopique de haute résolution pour en apprendre toujours plus sur sa nature, grâce aux futurs grands télescopes. Quant à y envoyer une sonde, quelques siècles seront sans doute encore nécessaires, sachant qu'à la vitesse de notre sonde la plus rapide actuelle (Juno), le temps de trajet pour rejoindre Proxima b est de 20 000 ans environ. Et oubliez ces projets de type Breakthrough Starshot qui visent à envoyer une microsonde à 20% de la vitesse de la lumière pour rejoindre Proxima en 20 ans sans moyen de freinage : un tel truc survolerait l'exoplanète en moins d'une seconde, de quoi ne rien pouvoir analyser.


Sources :

A terrestrial planet candidate in a temperate orbit around Proxima Centauri
Guillem Anglada-Escudé et al.
Nature 536, 437–440 (25 August 2016)

Earth-sized planet around nearby star is astronomy dream come true
Alexandra Witze
Nature 536, 381–382 (25 August 2016)

mardi 23 août 2016

Titan : découverte de profonds canyons où coule un fleuve de méthane


Le plus gros satellite de Saturne (qui est visible ce soir au sud-ouest dans un bel alignement avec Mars et Antarès), Titan, continue de bluffer les planétologues : des profonds canyons où coule un fleuve de méthane ont été  observés par la sonde Cassini.




vendredi 19 août 2016

Les neutrinos donnent un indice sur le mystère de l'asymétrie matière-antimatière par leurs oscillations

La nouvelle la plus intéressante qui nous soit arrivée durant ces trois dernières semaines de torpeur estivale est sans aucun doute cette présentation de résultats de l'expérience T2K sur l'oscillation des neutrinos et des antineutrinos, faite le 6 août à Chicago lors de la conférence internationale ICHEP 2016.



Tours du Monde, Tours du Ciel 10/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

mercredi 17 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 9/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

lundi 15 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 8/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

samedi 13 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 7/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

jeudi 11 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 6/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

mardi 9 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 5/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

dimanche 7 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 4/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

vendredi 5 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 3/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

mercredi 3 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 2/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

lundi 1 août 2016

Tours du Monde, Tours du Ciel 1/10

Durant trois semaines estivales, je vous invite à voir (ou revoir) ce documentaire exceptionnel qui fête ses 25 ans cette année : Tours du Monde, Tours du Ciel, de Robert Pansard-Besson.
Vous y découvrirez la longue histoire de la plus ancienne des sciences, en dix voyages auprès des observatoires astronomiques les plus emblématiques, sous la musique merveilleuse de Georges Delerue...

Attention : voir ce film à l'âge de 18 ans peut provoquer ou renforcer une vocation d'astronome !

Bons voyages immobiles !

vendredi 29 juillet 2016

Un mois d'août les yeux vers le ciel

Un mois d'août le nez en l'air à regarder le ciel, c'est peut-être ce qui vous attend, comme tous les ans... Au programme de ce mois d'août, trois événements s'enchaînent en se chevauchant très légèrement les uns les autres :   
  • du 5 au 7 août : les Nuits des Etoiles, multiples manifestations partout en France organisées par l'Association Française d'Astronomie et les milliers d'astronomes amateurs bénévoles des clubs d'astronomie les plus près de chez vous, pour découvrir l'astronomie en toute simplicité.
  • du 6 au 12 août : le 26ème Festival d'Astronomie de Fleurance (Gers), une semaine de conférences, de cours, d'échanges ouverts à tous avec des intervenants de grande qualité pour un partage convivial des idées et des connaissances.



Les Nuits des Etoiles 


Les Nuits des étoiles 2016 auront lieu cette année les 5, 6 et 7 août 2016 sur le thème "Au fil de l'eau : la recherche de la vie". Partout en France et dans plusieurs pays d’Europe et d'Afrique, des centaines de sites vous accueilleront pour contempler la voûte céleste. Les organisateurs des clubs et associations locales d'astronomie amateur s’attachent à renouveler chaque année cette manifestation gratuite, ouverte à tous, dans l’esprit d’un partage des connaissances et de découvertes. 

Cette 26ème édition sera dédiée à André Brahic, grand astrophysicien français disparu le 15 mai 2016.
Suivez l'actualité des Nuits sur Twitter : @NuitsdesEtoiles

Déjà, plus de 300 manifestations sont recensées les  5, 6 et 7 août, une occasion pour découvrir Jupiter, Mars, Saturne, les constellations estivales et peut-être bien d'autres objets...

Retrouver les sites d'observations les plus près de chez vous en cliquant sur la carte ci-dessous :



Festival d'Astronomie de Fleurance

Depuis un quart de siècle, la Ferme des Etoiles à Fleurance dans le Gers propose un festival entièrement dédié à l'astronomie durant 6 jours. Se succèdent conférences, ateliers, animations et expositions, formations et bien sûr soirées d'observations. 

A noter une partie entièrement dédiée aux jeunes de 4 à 17 ans: le Festival Astro-jeunes permet une découverte du ciel, des étoiles et de l’astronautique tout en s'amusant ! Cette manifestation unique en son genre est préparée et animée par des jeunes chercheurs issus de laboratoires de recherche nationaux et internationaux.




Quoi de mieux qu'une belle nuit d'été pour contempler le ciel ? 
La pluie d'étoiles filantes de cette année sera légèrement moins favorable que les Perséides de 2015, à cause de la présence de la Lune et sa lumière dans la première partie de la nuit, mais elle pourrait tout de même nous réserver de très belles surprises, la quantité de météores étant toujours assez difficile à prévoir...
Le maximum d'activité des Perséides aura lieu le 12 août, entre 8 et 20h (TU), soit entre 10h et 24h heure française. Mais avant et après ce pic principal d'activité, des pics secondaires pourraient être observés et pourraient augmenter le nombre de météores visibles par heure. Près de 1 étoile filante par minute pourrait être visible!
Pour tout savoir sur cette pluie d'étoiles filantes ainsi que mes conseils pour en observer un maximum, suivez ce lien et laissez vous aller...

Ça Se Passe Là-Haut sera de retour le 22 août, en attendant vous retrouverez durant trois semaines (en mode pilote automatique) les dix épisodes du film le plus envoûtant sur l'astronomie jamais produit en langue française : Tours du Monde, Tours du Ciel de Robert Pansard-Besson : 10 fois 52 minutes à découvrir ou redécouvrir tous les deux jours, dès le 1er août ici même...

Bon ciel à toutes et à tous ! 

jeudi 28 juillet 2016

L'étoile naine qui bombarde sa compagne


Des astronomes viennent de découvrir un nouveau type d’étoile binaire, où une étoile naine blanche en rotation rapide tourne autour d’une naine rouge en lui projetant dessus un faisceau de particules et de rayonnement, ce qui produit un flash périodique visible depuis les UV jusqu’aux ondes radio. Un cas unique.