26/11/2011

Revue de presse très cosmoastroparticulière, semaine 47

Revue de presse très cosmoastroparticulière, semaine 47

Cette semaine, la planétologie est à la Une de Nature avec les grands lacs d'Europe, satellite de Jupiter dont on soupçonne plus que fortement la présence d'océans couverts de glace.

Schmidt et al., Nature 479, 502–505 (24 November 2011) font une analyse de données d'archives de Galileo sur Europe, guidés par une comparaison avec les processus observés sur Terre dans les volcans sous-glaciaires et les plateaux de glace.
Leurs résultats suggèrent que les interactions de l'eau glacée sont à l'origine des morphologies différentes et de la topologie singulière des terrains chaotiques observés sur une couche de glace de seulement 3 km. La topographie en contrebas de Thera Macula indique que Europe est dans une phase de resurfaçage active sur une lentille d'eau comparable en volume aux Grands Lacs d'Amérique du Nord.

Du côté de Science, cette semaine, on se penche sur l'origine des rayons cosmiques galactiques.
Ackermann et al., Science 334 no. 6059, 1103-1107 (25 November 2011), ont identifié à l'aide du télescope Fermi, une superbulle à l'origine d'une source de rayons cosmiques.
Le LAT (Large Area Telescope) du télescope gamma spatial Fermi a pu détecter l'émission gamma de rayons cosmiques "jeunes". Leur localisation a été précisée dans un "cocon" peuplé de superbulles de gaz chaud ionisé parcouru en tous sens par des ondes chocs.
Cette détection de rayons gamma complète les informations obtenues à partir des mesures des rayons cosmiques antérieures et de leur composition isotopique. L'abondance isotopique mesurée par le spectromètre à rayons cosmiques du satellite de la NASA Advanced Composition Explorer sont notamment compatibles avec une source de rayons cosmiques comprenant un mélange d'environ 20% d'éjectas d'étoiles massives (vent stellaire et éjectas de coeurs effondrés de supernovae) et d'environ 80% de matière interstellaire normale (ISM) avec des abondances du système solaire.
En outre, des mesures des abondances élémentaires, du Carbone au Strontium , montrent une amélioration dans le tri en masse par rapport à celle obtenue avec les abondances "normales" de type ISM.
Les observations de Fermi rapportés par Ackermann et al., avec des mesures de la composition isotopique élémentaires des rayons cosmiques, suggèrent que les associations OB et leurs superbulles sont probablement la source d'une fraction importante des rayons cosmiques galactiques.

Toujours dans ce numéro de Science et toujours grâce au télescope gamma Fermi, on apprend cette semaine la détection de rayons gammas de très haute énergie (> 100 méga-électron volts) en pulsation, provenant du pulsar J1823-3021A situé dans l'amas globulaire NGC 6624 (Fermi LAT Collaboration, Science, Vol. 334 ,6059 pp. 1107-1110 (25 November 2011)). Sa lumnosité γ, Lγ = (8,4 ± 1,6) × 1034 ergs par seconde, est la plus élevée observée à ce jour pour un pulsar milliseconde (MSP), et il représente la quasi totalité de l'émission gamma de l'amas.
La non détection d'émission gamma dans l'amas dans la phase hors pulse implique que cet amas contient moins de 32 MSP émetteurs gamma, et non pas 100 comme précédemment estimé. La luminosité γ indique en outre que le taux anormalement élevé de changement de sa période est causée par la valeur intrinsèque du ralentissement de sa rotation. Il en est conclu que J1823-3021A possède le plus grand champ magnétique et est le plus jeune MSP jamais détecté et que ces objets pourraient être anormaux, et se formant à des taux comparables à ceux des MSP "normaux".


Dobson Sky Watcher 254 mm F/4.7 TV Nagler 13 mm, TV Nagler 3.5 mm, HR planetary 5 mm, Plössl 10 mm, Plössl 25 mm, Barlow TV x2 filtres Moon et OIII, Guided by Telrad