vendredi 25 novembre 2022

GW190521: la fusion de 2 trous noirs qui venaient de se rencontrer


Le 21 mai 2019, les interféromètres gravitationnels LIGO et Virgo ont détecté un train d’ondes gravitationnelles pas comme les autres. Il était de très courte durée et a conduit à déterminer qu’il s’agissait de la fusion de deux très gros trous noirs stellaires qui ont formé un trou noir de plus de 140 masses solaires. Aujourd’hui, une équipe réanalyse ces signaux et montre qu’il pourrait s’agir d’une rencontre inopinée de deux trous noirs qui n’étaient pas en couple… L’étude est parue dans Nature Astronomy.  

jeudi 24 novembre 2022

L'accélération des particules dans le jet du blazar Mrk 501


Une étude montre que dans un blazar, les particules du jet émanent du trou noir et de son disque d'accrétion sont accélérées par des ondes de choc se propageant le long du jet, ce qui produit in fine la luminosité extrême de ces objets. L'étude est publiée dans Nature

mercredi 23 novembre 2022

L'étoile ultra-lointaine Earendel observée avec le télescope Webb


Le 30 mars dernier, je vous relatais l'observation de l'étoile individuelle la plus lointaine, grâce au télescope Hubble et un gros effet de lentille gravitationnelle, une étoile dénommée Earendel, située 900 millions d'années après le Big Bang (épisode 1315). Aujourd'hui, c'est avec le télescope Webb qu'a été observée cette étoile singulière, qui confirme sa distance et son amplification tout en contraignant sa taille. L'étude est parue dans The Astrophysical Journal Letters.

lundi 21 novembre 2022

Des filaments magnétisés aussi dans les amas de galaxie


Farhad Yusef-Zadeh (Northwestern University), qui avait découvert au début des années 1980 des filaments magnétiques à grande échelle dans le centre galactique, vient d'en découvrir d'autres avec son équipe, très similaires, mais dans un amas de galaxies, ouvrant enfin la voie à des explications possibles. L'étude est parue dans The Astrophysical Journal Letters.

vendredi 18 novembre 2022

Record de distance galactique battu avec le télescope Webb


Le record de distance pour une galaxie vient de changer de main grâce au télescope Webb. GN-z11 vient d'être détrônée par la dénommée GLASS-z12, dont le redshift est 12,4, ce qui la situe seulement 350 millions d'années après le Big Bang. Et les chercheurs qui l'ont dénichée dans les images du JWST en ont trouvée une autre avec un redshift de 10,4, qui arrive donc sur le podium. L'étude est publiée dans The Astrophysical Journal Letters.

jeudi 17 novembre 2022

PSR J1311-3430, un pulsar aux éruptions X déroutantes


L'analyse des données archivées du télescope spatial XMM-Newton a dévoilé une variabilité très inhabituelle dans l'émission en rayons X mous de PSR J1311-3430, un pulsar milliseconde veuve noire en couple serré avec une étoile compagne de très faible masse (M ∼ 0,01 
M). Une périodicité de 2h transitoire est observée alors que la période orbitale du couple est de 1,5 heure. Aucun modèle n’explique cette observation… L’étude est publiée dans Astronomy&Astrophysics.

mardi 15 novembre 2022

Un GRB produit par une étoile à neutrons supramassive avant son effondrement en trou noir


Une équipe d’astrophysiciens montre que les sursauts gamma de courte durée qui sont généralement le fruit de la collision de deux étoiles à neutrons lorsqu’un trou noir se forme, peuvent aussi apparaître avant que le trou noir ne se forme, via une étoile à neutron supramassive. L’étude est publiée dans The Astrophysical Journal.

lundi 14 novembre 2022

Un proto-amas de galaxies découvert dans la première image profonde de Webb


Une équipe d'astrophysiciens a trouvé dans la première image de champ profond du télescope Webb un amas de galaxies en train de se former, un proto-amas. Il se trouve seulement 680 millions d'années après le Big Bang. L'étude est parue dans Astronomy&Astrophysics.

vendredi 11 novembre 2022

Matière noire : L'excès de signal observé par XENON1T n'était qu'un bruit de fond

Nous ne savons toujours pas ce qu'est la matière noire. Depuis plus de trente ans, plusieurs expériences de détection directe de particules massives interagissant faiblement (WIMPs) rivalisent de sensibilité pour tenter l'impossible : détecter directement cette matière noire. En octobre 2020, je vous avais relaté les résultats surprenants de l'expérience XENON1T qui détectait des reculs électroniques suspects à basse énergie, et qui pouvaient être interprétés comme des interactions d'axions solaires ou bien un signal parasite d'une pollution infinitésimale de tritium dans le xénon liquide du détecteur. Après une amélioration importante du détecteur, XENON1T devenant XENONnT, 6 fois plus massif, les nouveaux résultats viennent d'être publiés et balayent le sursignal à basse énergie : ce n'était que du bruit de fond. Et pendant ce temps, l'expérience chinoise concurrente PandaX a elle aussi fait grossir son détecteur et publie ses nouveaux résultats dans le même numéro de Physical Review Letters, apportant de nouvelles limites pour certaines particules... 

jeudi 10 novembre 2022

L'origine des jeunes étoiles qui entourent Sgr A*


Le parsec central de la Voie Lactée autour de Sgr A* contient plus de 100 étoiles jeunes, massives et à grande vitesse, qui forment un ou deux disques désalignés, dont l’existence est déconcertante. Deux astrophysiciens se penchent sur ces étonnantes étoiles et montrent qu’elles se seraient formées à partir de la destruction par le trou noir supermassif d’une étoile plus ancienne. L’étude est publiée dans The Astrophysical Journal Letters.

mardi 8 novembre 2022

Détermination des masses du système sextuple Castor


Castor n'est pas une simple étoile qui accompagne Pollux dans la constellation des Gémeaux. Castor est un système sextuple ! Six étoiles qui forment 3 binaires qui se tournent autour. Des astronomes ont tenté de démêler cette complexité pour trouver la masse de chacune des six étoiles et pouvoir mieux les caractériser. Pour cela, ils ont dû exploiter plus de 200 ans de données... Ils publient leur étude dans The Astrophysical Journal. 

samedi 5 novembre 2022

Découverte d'un trou noir en orbite d'une étoile de type solaire, à 1565 années-lumière


Le trou noir stellaire le plus proche de la Terre vient d'être identifié à 1565 années-lumière (480 pc), grâce à l'observation du mouvement de l'étoile qui l'accompagne dans un système binaire. Cette identification a été rendue possible grâce aux données de haute précision du télescope Gaia. L'étude est parue dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

vendredi 4 novembre 2022

La galaxie NGC 1068 (M77) est officiellement une source de neutrinos énergétiques


En février 2020, je vous avais relaté la découverte par la collaboration IceCube d'une source potentielle de neutrinos astrophysiques : la galaxie M77 (ou NGC 1068), mais la signifiance statistique restait faible (2,9 sigmas). Deux ans plus tard, les données se sont encore un peu plus accumulées et les méthodes de traitement se sont améliorées pour extraire le signal du bruit, et les chercheurs de la grande collaboration internationale viennent d'annoncer dans un webinaire et dans un article publié dans Science la confirmation que NGC 1068 est bien une source de neutrinos, avec 79 neutrinos détectés en provenant (et une signifiance statistique qui se rapproche un peu plus 5 sigmas). 

jeudi 3 novembre 2022

Un amas de galaxies turbulent rempli d'électrons relativistes et de champs magnétiques


Abell 2255 est un amas contenant plusieurs milliers de galaxies situées à 200 mégaparsecs de la Terre. Des astrophysiciens néerlandais et italiens l'ont étudié dans le domaine radio avec le radiotélescope LOFAR et trouvent qu'il est rempli d'électrons relativistes et de champs magnétiques. Ils publient leur étude dans Science Advances.

mercredi 2 novembre 2022

Gamma Columbae, une étoile qui semble banale mais qui ne l'est pas du tout


Un trio de chercheurs (un allemand, un autrichien et un suisse), a découvert pour la première fois le noyau dépouillé d'une étoile massive : l'étoile brillante γ Columbae. Dans leur article publié dans Nature Astronomy, Andreas Irrgang, Norbert Przybilla et Georges Meynet décrivent cet objet unique et le travail qu'ils ont effectué pour vérifier sa composition. 

lundi 31 octobre 2022

Le sursaut gamma le plus brillant de tous les temps, GRB 221009A, a ionisé notre atmosphère


Le 9 octobre dernier, les télescopes Swift/Burst Alert Telescope (BAT) et Fermi/Gamma-ray Burst Monitor ont tous les deux détecté simultanément un sursaut gamma exceptionnel par l'énergie qu'il a dégagée. Baptisé officiellement GRB 221009A, il a été surnommé le BOAT (Brightest of All Time), le sursaut gamma le plus brillant de tous les temps. Depuis l'annonce de sa détection, de nombreux papiers ont été publiés sur le site de preprints ArXiv, mais il est encore trop tôt pour voir paraître les premiers articles après une revue en bonne et due forme. Enfin... pas tout à fait, car il existe un journal qui publie des très courts articles, et rapidement, il s'appelle Research Notes of the American Astronomical Society, et il vient de publier officiellement le tout premier article revu par les pairs consacré à GRB 221009A... 

dimanche 30 octobre 2022

La taille du noyau de Mars mesuré par Insight


Deux chercheurs de l'Université nationale d'Australie ont analysé les données sismiques martiennes  transmises par l'atterrisseur Mars Insight et parviennent à en déduire la taille du noyau de la planète rouge : 3624 km de diamètre, pour une planète qui fait 6779 km de diamètre. Leur étude est publiée dans Nature Astronomy.

vendredi 28 octobre 2022

La clé du calcium des très vieilles étoiles


Lorsque les premières étoiles de la Voie Lactée se sont formées, il y a environ 13 milliards d'années, elles étaient principalement constituées d'hydrogène et d'hélium. Mais d'autres éléments chimiques (le plus lourd étant le calcium) ont été détectés dans l'atmosphère de l'une des plus anciennes étoiles connues dans notre galaxie nommée SMSS0313-6708. Une expérience en laboratoire souterrain vient de démontrer comment on peut produire ces abondances chimiques par des réactions nucléaires très peu probables. L'étude est parue dans Nature.

mercredi 26 octobre 2022

Détection de baryum dans l'atmosphère de 2 Jupiters ultra-chaudes


Une équipe d'astronomes a observé la présence de baryum dans l'atmosphère de deux exoplanètes de type Jupiters chaudes. C'est l'élément le plus lourd qui a pu être observé dans l'atmosphère d'une exoplanète, et c'est surprenant car il ne devrait pas se trouver dans la haute atmosphère... L'étude est parue dans Astronomy&Astrophysics.

mardi 25 octobre 2022

Découverte de la plus petite étoile à neutrons (ou de la première étoile à quarks)


Actuellement, HESS J1731-347 est étiquetée comme une étoile à neutrons, mais elle est inhabituelle car sa masse est très inférieure à 1 masse solaire, ce qui contredit la théorie qui fixe la limite inférieure à 1,1 masses solaires. Une équipe de chercheurs a affiné les caractéristiques de HESS J1731-347 et montrent qu'elle pourrait être un spécimen contenant des quarks Strange en grande proportion... L'étude est publiée dans Nature Astronomy.

dimanche 23 octobre 2022

L'amas ouvert Praesepe tourne sur lui-même


Bien qu'un grand nombre d'amas ouverts aient été identifiés dans notre galaxie, leurs propriétés cinématiques internes comme la rotation sont encore loin d'être claires. Grâce aux données astrométriques de haute précision de Gaia, une équipe d'astrophysiciens chinois dévoile la rotation des étoiles à l'intérieur de l'amas Praesepe, alias l'amas de la Ruche, ou encore M44. Une étude publiée dans The Astrophysical Journal.

vendredi 21 octobre 2022

Le quintette de Stephan rempli de gaz neutre


Le quintette de Stephan est un groupe de cinq galaxies qui est une cible de choix pour tous les astronomes amateurs. Mais c'est aussi une jolie cible pour les télescopes les plus performants des astronomes professionnels, comme par exemple avec le télescope Webb en infra-rouge ou le télescope FAST en ondes radio. Une équipe franco-chinoise publie aujourd'hui ses résultats concernant l'hydrogène atomique entourant le quintette de galaxies et découvre son étendue très vaste... L'étude est parue dans Nature.

mercredi 19 octobre 2022

Les rayons X polarisés inédits de Cassiopeia A


Cassiopeia A est l'un des résidus de supernova les plus connus. Une équipe d'astrophysiciens a pourtant obtenu des données inédites sur ce vestige de cataclysme stellaire : pour la première fois, ils ont mesuré et cartographié les rayons X polarisés provenant des restes de l'étoile explosée, à l'aide du satellite IXPE (Imaging X-ray Polarimetry Explorer) de la NASA. Cela leur permet de connaître comment se comporte les champs magnétiques dans ce milieu. L'étude est à paraître dans The Astrophysical Journal.

Les piliers de la Création, par le télescope Webb

lundi 17 octobre 2022

Les 19 galaxies démultipliées par l'amas SMACS 0723 imagées par Webb


On se souvient de la première image de champ profond du télescope Webb qui avait été dévoilée le 11 juillet dernier par le président américain en personne, et qui montrait de nombreuses galaxies très lointaines et de nombreuses lentilles gravitationnelles autour de l'amas SMACS J0723.3-7327. Aujourd'hui, une équipe publie une analyse complète de toutes ces galaxies subissant une déflection et/ou une démultiplication pour affiner le modèle de masse de l'amas lentille. Ils observent 14 nouvelles galaxies démultipliées qui s'ajoutent aux 5 qu'avait pu identifier Hubble dans le même champ. L'étude est publiée dans The Astrophysical Journal Letters.

dimanche 16 octobre 2022

3 super-Terres et 2 super-Mercures identifiées autour d'une étoile naine


Un système stellaire a été découvert contenant trois super-Terres et deux planètes semblables à Mercure. Ce cas encore très rare pourrait donner des indices sur la façon dont se forment les petites planètes denses. L'étude est parue dans Astronomy&Astrophysics.

vendredi 14 octobre 2022

La précession relativiste observée dans un couple de trous noirs juste avant leur fusion


GW200129 est un train d'ondes gravitationnelles qui a été détecté le 29 janvier 2020 et qui a été produit par la fusion de deux trous noirs de 39 et 22 masses solaires. Mais l'un des deux trous noirs était atypique, avec une rotation extrême sur lui même et un axe de rotation très désaligné, ce qui a généré un phénomène de précession relativiste très intense. Un phénomène qu'ont pu observer une équipe de chercheurs pour la première fois. Ils publient leur étude dans Nature.

mercredi 12 octobre 2022

17 coquilles de poussière imbriquées autour d'une étoile binaire imagées par Webb


C'est une image surprenante que nous offre à nouveau le télescope spatial Webb : celle de multiples coquilles de poussière imbriquées les unes dans les autres qui s'étalent autour d'un couple d'étoiles,  à raison d'une nouvelle coquille tous les huit ans. 17 coquilles successives sont nettement visibles dans l'image de Webb. L'étude est publiée dans Nature Astronomy.

mardi 11 octobre 2022

La distance Terre-Lune il y a 2,46 milliards d'années mesurée dans des roches sédimentaires


La lune s'éloigne actuellement de la Terre de 3,8 cm chaque année. Si on prend le taux de recul actuel de la lune et qu'on le projette dans le temps, on aboutit à une collision avec la Terre  il y a environ 1,5 milliard d'années. Mais la Lune s'est formée il y a environ 4,5 milliards d'années, ce qui signifie que le taux de récession actuel est un mauvais guide pour l'histoire passée. Une équipe de géologues a réussi à déterminer indirectement quelle était la distance Terre-Lune il y a 2,46 milliards d'années, grâce à des couches de sédiments façonnées par les changements climatiques liés à la rotation de la Terre. Ils publient leur étude dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

samedi 8 octobre 2022

Une étoile binaire avec une période orbitale de seulement 51 minutes


Des astrophysiciens ont découvert une binaire stellaire avec une période orbitale extrêmement courte : elles se tournent l'une autour de l'autre toutes les 51 minutes. Le système fait partie d'une classe rare de binaires connue sous le nom de "variables cataclysmiques", dans laquelle une étoile semblable au soleil tourne en orbite serrée autour d'une naine blanche. Et ici, l'étoile compagne serait de très faible masse mais très dense... L'étude est publiée dans Nature.

vendredi 7 octobre 2022

Mesurer le champ magnétique interne des étoiles géantes par leurs oscillations


Les modes de vibration dans les étoiles, notamment les géantes rouges, peuvent être utilisés pour explorer la rotation des couches internes de ces étoiles, mais ils peuvent aussi être exploités pour déterminer l'intensité de leur champ magnétique. Une équipe d'astrophysiciens est parvenu à effectuer ce type de mesure indirecte du champ magnétique sur trois géantes rouges, et ils publient leur étude dans Nature cette semaine.

mercredi 5 octobre 2022

Confirmation d'une bosse dans le spectre en énergie des protons des rayons cosmiques


Notre compréhension actuelle du spectre énergétique des rayons cosmiques galactiques suggère qu'il doit suivre une dépendance de type loi de puissance. Mais des observations récentes réalisées à l'aide de calorimètres en orbite comme CREAM III ou DAMPE ont laissé entrevoir une déviation de cette variation en loi de puissance, avec un flux de protons qui remonte à partir de 600 GeV jusqu'à 10 TeV. Aujourd'hui, l'expérience CALET (CALorimetric Electron Telescope), un détecteur installé sur la station spatiale internationale, confirme l'existence de cette bosse dans le spectre en mesurant la baisse du flux après 10 TeV, jusque 60 TeV. Reste à comprendre son origine... L'étude est parue dans Physical Review Letters. 

lundi 3 octobre 2022

Des très vieux amas globulaires lentillés observés avec le télescope Webb


La galaxie surnommée « Sparkler » est une galaxie située 4,5 milliards d’années après le Big Bang et qui montre une multitude de sources compactes, comme des bulles pétillantes. Avec ces petits globules, elle est visible sous forme multipliée par une lentille gravitationnelle produite par un amas de galaxies d’avant plan. Une équipe d’astrophysiciens a observé de près ces sources compactes accompagnant Sparkler avec le télescope Webb et montrent qu’il s’agit de très anciens amas globulaires… L’étude est parue dans The Astrophysical Journal Letters.

dimanche 2 octobre 2022

Détection de la trace potentielle d'une étoile de population III dans le quasar le plus lointain


Les toutes premières étoiles qui se sont formées dans l'univers sont ce qu'on appelle des étoiles de population III, elles sont apparues quand l'univers n'avait que 100 à 200 millions d'années et ont vécu très peu de temps. Ces premières étoiles étaient si titanesques que lorsqu'elles explosaient en supernovas particulières, elles ensemençaient leur environnement d'un mélange particulier d'éléments lourds sans laisser d'astre compact (trou noir ou étoile à neutrons). Aujourd'hui, une équipe d'astrophysiciens pense avoir observé la trace d'un tel mélange d'éléments lourds dans le quasar le plus lointain connu. Leur étude est publiée dans The Astrophysical Journal.

vendredi 30 septembre 2022

Découverte d'une étoile à neutrons invisible


Généralement, les étoiles à neutrons sont découvertes par des observations aux longueurs d'onde radio, X ou gamma. Mais dans de très rares cas, le suivi du spectre d'une étoile dans le domaine visible peut prouver qu'elle tourne autour d'une étoile à neutrons invisible par ailleurs. C'est une telle découverte d'une étoile à neutrons candidate qui vient d'être faite grâce au relevé spectroscopique LAMOST, et qui est publiée dans Nature Astronomy.

mercredi 28 septembre 2022

Mesure souterraine d'une réaction nucléaire clé pour la nucléosynthèse des étoiles


Il existe au coeur des étoiles une réaction nucléaire qui est essentielle pour comprendre l'origine et l'abondance des éléments plus lourds que le fer. Il s'agit de la réaction 13C(α,n)16O qui produit un noyau d'oxygène-16 et un neutron à partir d'un noyau de carbone-13 et d'un noyau d'hélium. Jusqu'à aujourd'hui, la probabilité de cette réaction était très mal connue, mais des chercheurs chinois ont réussi à mesurer cette très faible section efficace grâce à leur accélérateur de particules enfoui dans le laboratoire souterrain de Jinping. Ils publient leurs résultats dans Physical Review Letters

lundi 26 septembre 2022

La stabilité des cyclones polaires de Jupiter


Une étude des cyclones polaires de Jupiter a été menée durant cinq ans avec la sonde Juno et montre la très grande stabilité de ces structures étonnantes. Que ce soit au niveau du pôle nord ou du pôle sud de Jupiter, les huit vortex du nord et les 5 du sud sont restés presque imperturbables durant toutes ces années. L'étude est publiée dans Journal of Geophysical Research: Planets.

vendredi 23 septembre 2022

Un délai de 6,7 ans entre deux images du même quasar dans une lentille gravitationnelle


Les lentilles gravitationnelles peuvent produire de multiples images d’un même objet très éloigné. Les quasars lentillés de la sorte sont des sondes très intéressantes car leur luminosité est variable et produit des motifs reconnaissables d’une image à l’autre, ce qui permet de mesurer les délais temporels qui existent entre l’image principale et les images « fantômes ». Aujourd’hui, une étude révèle l’observation du délai temporel le plus énorme jamais vu : plus de 6 ans et demi entre deux images du même objet ! L’étude est publiée dans The Astrophysical Journal.

jeudi 22 septembre 2022

Détermination de l'environnement proche d'une source de FRB


FRB 20201124A est une source de FRB (sursauts radio rapides) aux caractéristiques surprenantes. Le radiotélescope chinois FAST a observé en 2021 près de 2000 sursauts consécutifs sur un total de 88 heures, qui montraient une mesure de la rotation de Faraday qui oscillait, ainsi qu’une polarisation circulaire et une largeur de pulses atypiques. Aujourd’hui, les astrophysiciens chinois qui l’ont décortiqué proposent un modèle pour expliquer ces observations : il s’agirait d’un magnétar dans un système binaire avec une étoile entourée d’un disque de gaz… L’étude est parue dans Nature Communications.

mardi 20 septembre 2022

Du phosphore (brique de base du vivant) en grande quantité dans l'océan d'Encelade


Une récente étude montre que l’océan d’Encelade doit contenir de grandes quantités de phosphore, le dernier élément crucial pour la vie qui manquait encore à l’appel dans les analyses du contenu des eaux chaudes du satellite saturnien. L’étude est publiée dans PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences).

vendredi 16 septembre 2022

L'origine des anneaux de Saturne : un satellite détruit il y a 160 millions d'années ?


Des chercheurs trouvent que les anneaux de Saturne seraient le produit de la destruction récente d’un satellite de la planète. Le cataclysme au magnifique résultat aurait eu lieu il y a 160 millions d’années. L’étude est publiée cette semaine dans Science.

jeudi 15 septembre 2022

Le principe d'Equivalence gravitation - accélération testé avec une précision de 0,000000000000001


La mission MICROSCOPE vient de livrer ses derniers résultats et  confirme le principe d’équivalence de la Relativité Générale avec une précision inégalée de 10-15. Les corps tombent bien dans le vide avec la même accélération indépendamment de leur composition ou de leur masse. La Relativité Générale d'Albert Einstein est plus solide que jamais. Les résultats sont publiés dans Physical Review Letters.

mardi 13 septembre 2022

Les neutrinos provenant de la Terre éclairent sur son énergie thermique


Il existe deux sources de chaleur à l’intérieur de la Terre : la première est la chaleur primordiale, la chaleur résiduelle datant de la formation de notre planète et qui vient de la collision des matériaux en accrétion. La seconde est une source radiogénique, qui provient de la désintégration des éléments radioactifs contenus dans le manteau et la croûte : potassium-40, uranium et thorium. Aujourd’hui, la collaboration japonaise KamLand détecte les antineutrinos de ces désintégrations et peut étudier précisément le contenu radioactif de la Terre. Les chercheurs publient leur étude dans Geophysical Research Letters.

samedi 10 septembre 2022

Des oscillations quasi-périodiques dans le rayonnement du blazar BL Lacertae


Une vaste collaboration d'astrophysiciens rapporte l'observation d'oscillations quasi-périodiques dans le flux de lumière visible et en rayons gamma du blazar archétype BL Lacertae. Ces cycles d'oscillations sont aussi courts que 13h, et elles seraient dues à la présence d'un choc de recollimation dans le jet relativiste, situé à 5 parsecs du trou noir supermassif qui le propulse. L'étude a été publiée cette semaine dans Nature.

vendredi 9 septembre 2022

Observation d'une anisotropie dipolaire dans la distribution de matière à très grande échelle


Des physiciens viennent de montrer qu'il existerait une anisotropie dans le signal de sources astrophysiques très éloignées (quasars et radiogalaxies), une anisotropie qui s'ajouterait à celle qui existe dans le fond diffus cosmologique et qui est attribuée au mouvement connu du soleil dans notre galaxie et du mouvement de cette dernière. En d'autres termes, c'est tout le modèle cosmologique fondé sur l'isotropie de l'Univers qui serait remis en question.. L'étude est à paraître dans The Astrophysical Journal Letters.

mercredi 7 septembre 2022

Détection de l'émission gamma de la galaxie naine Sagittarius


Une équipe internationale de chercheurs a découvert l'émission gamma de la petite galaxie satellite de la Voie Lactée appelée Sagittarius. Elle se trouve à l'intérieur d'une autre zone d'émission gamma bien plus vaste qui s'étend sur 50 000 années-lumière qu'on appelle les Bulles de Fermi. Les chercheurs attribuent cette émission gamma à une grande population de pulsars... L'étude est publiée dans Nature Astronomy.

dimanche 4 septembre 2022

Découverte de 13 pulsars (d'un coup!) dans l'amas globulaire NGC 1851


13 nouveaux pulsars d'un coup viennent d'être détectés dans l'amas globulaire NGC 1851 par le projet TRAPUM Large Survey utilisant le radiotélescope MeerKAT. Il s'agit de 6 pulsars millisecondes isolés et de 7 pulsars binaires, dont un en couple avec une autre étoile à neutrons, et un en couple avec une naine blanche massive. L'étude a été publiée dans Astronomy&Astrophysics.

vendredi 2 septembre 2022

Phobos et Deimos ne sont pas issus d'un unique satellite


L'origine de Phobos et Deimos, les deux satellites de Mars, reste un mystère pour les astronomes. Une équipe a recherché quelle était la probabilité qu’ils proviennent d’une brisure d’un gros corps unique, une idée récemment proposée. Les chercheurs montrent que si cela avait le cas, le spectacle de Mars serait tout autre… L’étude est publiée dans The Planetary Science Journal

jeudi 1 septembre 2022

Des dizaines de milliers d'étoiles jeunes à proximité de Sgr A*


Des astrophysiciens ont trouvé un excès de jeunes étoiles à proximité de Sgr A*, dans l’amas SGR B1, où se trouvent plusieurs centaines de milliers d’étoiles qui se sont formées il y a environ 10 millions d’années. Ils publient leur étude dans Nature Astronomy.

mardi 30 août 2022

Mesures de noyaux au delà du fer dans les rayons cosmiques galactiques


La composition du rayonnement cosmique galactique (GCR) en noyaux atomiques plus lourds que le fer a été déterminée par la première fois, grâce au spectromètre isotopique CRIS qui est à bord de la sonde ACE (Advanced Composition Explorer) au point de Lagrange L1 depuis 1997. Les chercheurs ont exploité plus de 20 ans de mesures... L’étude est publiée dans The Astrophysical Journal.